ENQUÊTE ORDONNÉE APRÈS LES RAIDS ANTI-TRANS D’ACEH

PARTAGER SUR

Le chef de la police indonésienne Tito Karnavian a affiché un certain agacement quand il a appris que des policiers d’Aceh avaient conduit le weekend dernier des raids contre des salons de beauté tenus par des transsexuels.

Les employés trans raflés ont été forcés de suivre une rééducation dans le but de « redevenir des hommes », après s’être fait couper les cheveux court et avoir été entrainés par les policiers à parler avec une voix masculine.

Le responsable de ces raids, le chef de la police d’Aceh-Nord, Untung Sangaji avait déclaré: « Nos oulémas ne sont pas d’accord avec cette maladie. Cette maladie se répand. Il serait inhumain que je tolère ces ordures de tapettes. »

Il avait menacé à l’origine de cibler également les clients de ces salons de beauté.

Dès mardi, Tito Karnavian, qui est placé directement sous les ordres du président Jokowi, avait affirmé à la presse qu’il avait ordonné une enquête sur les raids de l’officier Untung Sangaji.

Et mercredi, le policier d’Aceh avait présenté de tièdes excuses aux « parties qui se sont senties offensées » parce ce qu’il avait fait.

En 2016, lorsque les campagnes informelles contre les LGBT étaient à leur pic, le président indonésien était intervenu pour rappeler que la police ‘devait agir » contre les exactions commises à l’encontre des LGBT ou contre ceux qui leur dénient leurs droits.

L’intervention du chef de la police nationale fait passer un message important au moment où les homosexuels et transgenres sont de plus souvent la cible d’attaques, en particulier de la part de la police à cause de la pression des religieux et des associations.

De nombreux raids ont été perpétrés contre des lieux gays et lesbiens ces dernières années.

L’an passé, la police a arrêté plus de 300 personnes dans ces raids, certains se trouvant ensuite condamnés et emprisonnés en vertu de la drastique loi anti-porno.

L’intervention de Tito Karnavian intervient enfin au moment où le débat public considère de criminaliser l’adultère, l’homosexualité et le concubinage à l’initiative d’organisations ou de partis musulmans.

La Cour constitutionnelle vient juste de rejeter cette modification du code pénal datant de l’ère hollandaise mais le débat parlementaire vient de s’en emparer et la majorité des partis semblent pour l’instant ce prononcer en faveur de cette révision.

Lire aussi :
ACEH : CHEVEUX COURTS ET HABITS MASCULINS POUR LES TRANSSEXUELS
JOKOWI SE PRONONCE CONTRE LA DISCRIMINATION LGBT
CREATION D’UNE POLICE ANTI-LGBT A JAVA-OUEST
ADULTÈRE ET HOMOSEXUALITÉ NE SERONT PAS CRIMINALISÉS
RELIGION, ADULTERE, HOMOSEXUALITE, L’INDONESIE ENTRE PROGRESSISME ET MORALISME
L’AMOUR AU BUREAU PEUT HABILEMENT EN CACHER D’AUTRES MOINS RECOMMENDABLES

1 COMMENTAIRE

  1. Des groupes tels que le FPI ( qui n’étaient pas les bienvenus du temps du GAM ) ont profité du tsunami pour s’immiscer dans la province et répandre entre autres idées rétrogrades celle que cette terrible catastrophe était une punition divine visant à châtier la population locale pour sa pratique trop peu orthodoxe de l’Islam ( et plus particulièrement le fait que des musulmans aient célébré Noël ) … S’appuyant sur un passage du Coran qui indiquerait qu’un des signes de l’apocalypse serait le fait que des hommes commencent à s’habiller en femme, ils s’évertuent à rendre la communauté LGBT de toutes les tragédies qui peuvent se produire ( séismes, éruptions volcaniques … ) avec une efficacité malheureusement grandissante. Le plus surprenant dans l’article précédant n’étant pas les raids de la police ( illégaux et tout simplement dégueulasses ) mais l’agressivité des gens du cru à l’égard des prisonniers qui ( si l’on en croit ce qui est écrit ) n’auraient pas été contre un bon vieux lynchage dans les règles de l’art alors que jusqu’à présent, les waria ont toujours été tolérés, y compris à Aceh). Mais il semblerait bien, et c’est vraiment triste et inquiétant, que le poison islamiste fasse son oeuvre …

LAISSER UNE RÉPONSE