ORANGS-OUTANS DE BORNEO : 100 000 MORTS EN 16 ANS

PARTAGER SUR

Une étude très complète sur les orangs-outans de Bornéo estime que la population de ce grand singe sur cette île a décru de 100 000 individus entre 1999 et 2015, la cause principale étant la rétrécissement de son habitat à cause des industries de l’huile de palme et du papier.

Le résultat de cette enquête, qui va être publiée dans la revue Current Biology, est parfaitement en phase avec la classification en 2016 de ces grands singes comme appartenant à une espèce en voie de disparition par l’International Union for Conservation of Nature (IUCN).

Les chercheurs du Max Planck Institute for Evolutionary Anthropology et d’autres institutions ont cependant estimé que la population restante d’orangs-outans était plus importante que prévue mais que, par conséquent, son rythme de disparition l’était aussi.

Le déclin le plus important des populations de ce grand singe a été enregistré dans les zones où la forêt tropicale a été détruite pour être convertie en plantations de palmiers à huile.

« Dans ces forêts, la pression humaine, qui se traduit par des meurtres, du braconnage et l’enlèvement des bébés pour le commerce sont les principales causes du déclin de la population », explique l’étude.

Erik Meijaard, un des chercheurs impliqués dans cette enquête, a affirmé que la population d’orangs-outans de Bornéo est actuellement estimée antre 75 000 et 100 000 individus.

Selon l’IUCN, le nombre pourrait encore descendre jusqu’à seulement 47 000 en 2025.

Son cousin de Sumatra est dans une situation encore pire avec une population restante estimée à seulement 12 000 individus.

Information qui donne de l’espoir cependant, cette nouvelle étude prouve que l’orang-outan de Bornéo s’adapte mieux que prévu.

Il se déplace au sol de plus en plus souvent et se nourrit de plantes qui ne faisait pas partie de son régime auparavant.

« La seule chose avec laquelle ils ne peuvent pas s’adapter, c’est le taux de meurtres dont ils font l’objet actuellement », a expliqué Serge Wich de l’université John Moores de Liverpool et membre de l’équipe de chercheurs.

D’après AP.

Lire aussi :
KALIMANTAN : ENCORE UN ORANG-OUTAN RETROUVÉ POIGNARDÉ
TROIS HOMMES ARRÊTÉS POUR AVOIR MANGÉ UN ORANG-OUTAN
DÉCOUVERTE A SUMATRA D’UNE 3ème ESPÈCE D’ORANGS-OUTANS
VOYAGE AU FIL DE L’EAU A LA RENCONTRE DES ORANGS-OUTANS

SOURCEThe Daily Times
PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE