LES POLICIERS INDONÉSIENS ONT L’ORDRE DE TUER LES DEALERS

PARTAGER SUR

Le chef de la police nationale Tito Karnavian a donné l’ordre à ses hommes de tuer les dealers, spécialement les étrangers, qui tenteraient de résister à leur arrestation.

Ce n’est pas la première fois que les plus hautes autorités indonésiennes font Ce type de déclaration, le président Joko Widodo avait invité l’an passé les forces de l’ordre à en faire autant, reproduisant ainsi le style musclé du président philippin Duterte.

« Si les dealers de drogue résistent, descendez-les sur place […], tout spécialement les étrangers qui ciblent l’Indonésie comme un marché pour distribuer leurs drogues. Soyez fermes, descendez-les », a lancé Tito Karnavian lundi lors d’une conférence de presse aux quartiers généraux de la police à Jakarta.

Cette déclaration est intervenue après que les autorités ont saisi une tonne de methamphetamine sur un bateau de pêche arraisonné dans les eaux territoriales la semaine dernière.

Quatre Taiwanais ont été arrêtés dans cette opération lors de laquelle certains membres d’équipage ont tenté de tromper les autorités indonésiennes en arborant un drapeau singapourien.

Le chef de la police a expliqué son intention d’avertir tous les chefs de police locaux de la nécessité d’accroitre leur surveillance et d’organiser des raids sur les endroits suspectés d’être des plaques tournantes de la distribution des drogues.

L’Indonésie applique la peine de mort contre le trafic de narcotiques.

Lire aussi :
« TIREZ SUR LES TRAFIQUANTS » : JOKOWI EMULE DE DUTERTE ?
LA POLICE AIMERAIT POUVOIR ABATTRE DEALERS ET TOXICOS COMME AUX PHILIPPINES
OFFICIEL : 79 DEALERS ABATTUS PAR LA POLICE EN 2017
MARIJUANA : 8 MOIS DE PRISON POUR USAGE THERAPEUTIQUE
INDONÉSIE : LE TABAC FAIT 200 000 MORTS PAR AN
INSTITUTIONS ET TRAFIC DE DROGUES : PEU D’ESPOIR D’UNE REFORME DE FOND
POLICIERS IMPLIQUES DANS LE TRAFIC DE DROGUE : JOKOWI ORDONNE UNE ENQUETE

SOURCEJakarta Globe
PARTAGER SUR

1 COMMENTAIRE

  1. Le titre est certes accrocheur mais ne me semble pas des plus honnête. Le chef de la police n’a pas donné l’ordre de tuer les dealeurs en soit. Il tente de justifier que ses services peuvent aller jusqu’a donner la mort aux contrevenants s’ils essaient de s’echaper ou refusent de se faire arrêter pour être juger devant les tribunaux compétants. Autrement dit, il n’entend leur donner aucune chance d’esquiver les tribunaux autre que la mort. La nuance est de taille, car que l’on soit pour ou contre la peine de mort en général, il considère que les trafficants qui distribuent la mort en empoisonnant la jeunesse de son pays, ne devraient pas avoir la moindre chance de ne pas être jugé à la même enseigne qu’ils n’épargnent pas les victimes qu’ils empoisonnent. Un raisonnement tout de même beaucoup moins extrémiste qu’il n’est présenté dans ce titre plutôt trompeur.

LAISSER UNE RÉPONSE