MON BALI PAR MELISSA PLASENCIA ET FILIPPO ERMINI

PARTAGER SUR

Qu’est ce qui vous amène à Bali ?
Filippo : Je suis né à Rome, j’habite en Suisse et je suis artiste peintre. Egalement pilote de Wing Suit, ce sont les combinaisons qui ont des ailes entre les membres et le corps. Ce n’est pas de la chute libre, on plane et on vole tout en pilotant comme s’il s’agissait d’un avion !
Le plan de base pour moi, c’était de venir ici en 96 avec un ami, mais ça ne s’est pas fait… Et puis il y a 3 ou 4 ans on a reprit contact et on s’est dit « il faut y aller maintenant » ! C’est drôle cette sensation, parce qu’en plus le premier taxi que j’ai pris en arrivant ici il m’a dit « bon on va chez vous, vous habitez où ? », comme si j’avais toujours été d’ici.
Melissa : Je suis professeure de yoga et je viens du Mexique. C’est seulement ma deuxième année à Bali, j’ai rejoint Filippo pour la première fois pour mon anniversaire, une dizaine de jours, et ça a été le coup de coeur. Depuis que nous sommes ensemble on vient tous les ans, dès que possible ! On réfléchit pour avoir un pied à terre ici, à Uluwatu notre endroit préféré…

Vos activités changent quand vous venez ici ?
Melissa : Le yoga, la méditation, ça c’est vraiment mes activités professionnelles mais pas seulement, c’est mon quotidien. En ce moment je m’initie au freediving, c’est de la plongée sous marine en apnée. Je me penche aussi vers l’artisanat indonésien et plus particulièrement les meubles qui m’intéressent beaucoup par leur beauté et leur qualité. J’essaie d’étudier la question de leur exportation.
Filippo : Mon activité favorite ici à Bali c’est le surf ! J’ai ce besoin d’être en contact avec l’océan, il me faut son énergie. La méditation et le yoga occupent aussi une grande partie de ma vie… Et bien sûr en étant à Bali je continue mon métier c’est à dire la peinture. Les sons et les vibrations qui sont sur cette île m’inspirent en permanence, c’est très stimulant.
En gros quand on est ici on ne fait pas de tourisme ! Tout nous ramène vers nos projets, liés à nos travails plus ou moins, et qu’on mêle aussi à nos passions : le yoga, l’art et la nature.

Pour un restau ou une promenade, vous avez des préférences ?
A la différence de notre vie en Europe, on mène une vie simple ici, moins conventionnelle au niveau des sorties et des restaurants par exemple. Le plus souvent on est soit chez nous, soit chez des amis, c’est notre mode de vie à Bali ! Cependant, un restaurant qu’on affectionne beaucoup à Uluwatu c’est le Mana Restaurant, pour sa vue, son emplacement et son architecture en bois très intéressante. Il y a aussi sur la route d’ Uluwatu une petite vendeuse balinaise qu’on adore pour ses spécialités, mais chut…
En fait quand on est ici on préfère acheter dans des marchés ou à des locaux, et ensuite le partager entre amis. Au niveau des visites on adore les temples, aucun en particulier, tous sont incroyables ! On se sent proche de la culture balinaise, pour ce côté spirituel du coup c’est un plaisir de s’y promener à chaque fois.

Vos immanquables dès que vous êtes à Bali ?
Quand on est à Uluwatu, on va à Istana un centre de méditation. Sinon notre incontournable quand on est à Seminyak, c’est le yoga chez Olop Arpipi, on adore !
Pour les achats, c’est le chocolat de la marque Batukaru qu’on ne manque jamais de rapporter chez nous. Au niveau des achats cosmétiques, on apprécie Muka, qui fait des produits naturels, mais aussi des massages, etc.

Dans ton art Filippo, Bali a l’air de t’inspirer beaucoup…
L’Indonésie en général, mais je dirai que Bali est au cœur de cette inspiration. Bali c’est un tout, ce n’est pas que pour l’endroit mais pour les rencontres et cette culture si particulière. Je me sers beaucoup de l’espace et de ses perceptions. Je ne fais pas de tableau conventionnel, j’utilise beaucoup le son et les structures. Bali sous cet aspect-alà est très intense, par sa nature luxuriante, le trafic, le jour et la nuit. A Bali j’ai des visions, des révélations. Le coté traditionnel est essentiel à cette vision de la réalité. J’admire énormément le peintre Nyoman Lempad, un peintre balinais. Ses travaux sont une source d’inspiration pour moi, et c’est cette alchimie entre tout ces éléments qui font naitre mes tableaux. En ce moment je dois préparer une expo pour Los Angeles, et c’est en Indonésie que je viens pour me concentrer. Parce qu’ici ma vision est claire et limpide, je pense que ces raisons font toute la mystique de l’Indonésie…

Pour vous, Bali rime avec paradis?
Filippo : Non, pour moi ça rime avec une réalité, mais aussi une profonde inspiration, du contraste et un endroit où l’on se sent bien. Bali est un paradis à la base mais elle a des côtés qui ne sont pas paradisiaques, je pense qu’ils sont évidents… C’est un endroit où l’ombre est présente autant que la lumière. Mais pour moi, dans la peinture, c’est un aspect très important, c’est aussi ce que je recherche.
Melissa : Le paradis n’est pas parfait… Pour moi ici il y a une motivation pour se connaître, les gens te poussent à faire ta propre connaissance. Beaucoup de gens qu’on rencontre ici sont ceux qui réalisent un rêve, ils viennent à Bali pour ça, et c’est vrai qu’ailleurs on ne voit pas ça. Ici on se concentre sur soi-même, sur une réalité positive. Les personnes ici ont pris conscience de ce dont elles rêvaient, et elles se donnent la possibilité de le réaliser. Je trouve qu’il y a vraiment une énergie positive, liée aux habitants notamment. Finalement Bali c’est peut être le chemin vers le paradis…

 

Propos recueillis par Victoria Gurtler

PARTAGER SUR

1 COMMENTAIRE

LAISSER UNE RÉPONSE