Accueil les bons tuyaux

Mon Bali par – Jean René Gossart

PARTAGER SUR

Quand et comment êtes-vous arrivé à Bali ?

Ça fait 12 ans que je suis là et je suis arrivé ici un petit peu par hasard. Avant je travaillais à Paris, j’avais un théâtre, une école de théâtre et une maison de production de films. J’avais un rythme effréné puisque je travaillais 18h par jour, et mon hygiène de vie n’était pas optimale. En 2008 j’ai eu un gros souci de santé, et après une lourde opération du coeur, les médecins m’ont conseillé de lever le pied. Mon ex-femme qui vivait à Bali m’a conseillé de venir passer ma convalescence ici, ce que j’ai fait. C’est comme ça que je suis arrivé à Bali.

Et depuis, vous n’êtes jamais reparti ?

Exactement ! (rires)  On peut dire que je suis un peu tombé amoureux de Bali. A la base je n’étais pas du tout attiré par l’Asie, et ça a été une réelle bonne surprise. Dès mon arrivée je me suis installé dans cette maison, et les premiers temps j’ai visité l’île. Mais au bout de six mois je tournais en rond, et la passion me rattrapant je me suis remis au théâtre. Des amis qui savaient que j’étais acteur m’ont proposé de monter une troupe de théâtre ici car l’activité théâtrale n’existait pas. C’est ainsi qu’on a monté le premier spectacle « Suzon et la République » en 2012. On a mis un an pour monter cette pièce à 28 personnes, ce qui était quand même remarquable compte tenu du fait que tous les acteurs étaient amateurs et travaillaient à côté. J’ai ensuite monté un monologue « Journal d’un fou », qu’un professionnel de Singapour a vu, et j’ai joué là-bas. On a fini par monter ensemble une troupe professionnelle à Singapour, et tout s’est enchaîné depuis 12 ans.

C’est donc le théâtre qui occupe vos journées ici ?

Tout-à-fait, le théâtre c’est 100% de ma vie, je suis tombé dedans quand j’étais petit. (rires)  J’ai fait le conservatoire de Paris puis la Comédie Française, j’ai monté un théâtre à Paris, et tout s’est enchaîné. J’ai 45 ans de théâtre derrière moi, et aujourd’hui je suis très content de pouvoir exercer ma passion à Bali, dans un cadre somptueux. Depuis quelques années je travaille avec trois comédiens professionnels et depuis mon arrivée on a monté 25 pièces. Désormais ce sont plutôt des pièces à 2 ou 3 personnages car c’est plus facile à déplacer, puisqu’on tourne un peu partout en Asie.

Où peut-on pratiquer le théâtre à Bali ?

Beaucoup de répétitions se font chez moi. Je répète aussi au Cultural Language Center (CLC) sur la Jalan Gunung Salak. C’est une école privée qui a été créée par un Français qui s’appelle David, où il y a de très grandes salles de répétition. Je travaille aussi en partenariat avec l’Alliance Française de Bali, avec laquelle on avait monté il y a deux ans « Tartuffe » de Molière, en Indonésien. La principale difficulté c’est qu’il y a une offre culturelle, ou du moins théâtrale, très pauvre ici. Mais la plupart des répétitions se font chez moi.

Entre deux répétitions, où allez-vous vous rassasier/régaler ?

En ce moment ma coqueluche c’est le restaurant Rev, sur la Kunti Dua à Seminyak, qui est tenu par un Français et un Italien. J’affectionne tout particulièrement leur feuillantine de boeuf bourguignon qui nous ramène à nos racines françaises.

Autrement j’aime me rendre au Made’s Warung, qui est un grand classique. La carte franco-indonésienne du Warung Sobat est également appréciable, avec un excellent rapport qualité-prix.

Je conseille également le couscous merveilleux du Batik restaurant ou encore le restaurant japonais L’indigo à Berawa.

Si vous voulez manger du bon poisson, vous apprécierez la délicatesse de la cuisine du restaurant tahitien Moana Fish Eatery du côté de Batu Bolong. Je vous conseille notamment la salade Bora-Bora, un vrai régal ! Enfin, si vous cherchez une adresse un peu plus gastronomique rendez-vous au restaurant français L’Assiette à Seminyak.

Et pour boire un verre au coucher de soleil ?

Je fais souvent les sunset sur Double Six Beach, à La plancha ou au Chiringuito. Pour un cocktail après dîner je conseille le Mamasan. Si non pour sortir entre amis vous pouvez vous rendre sur la Jalan Dhyana Pura, qu’on surnommait il y a une dizaine d’années « la rue de la soif » car c’était l’endroit où faire la fête à Seminyak. C’est là où se trouvent les bars gays et transsexuels, notamment le BaliJoe qui est très sympa ou encore le restaurant Santa Fe. Le BARRIO & CO est aussi un lieu où on peut danser la salsa ou le tango.

Dans quel endroit vous rendez-vous le week-end pour vous ressourcer ou prendre un bol d’air frais ?

J’aime beaucoup me rendre à Besakih, pas tant pour le temple en lui-même mais plus pour les alentours qui sont somptueux. Les rizières et chemins qui le bordent sont superbes. J’aime aussi aller du côté de Tanah Lot, et me balader dans le grand parc qui le borde, ou au temple Tirta Empul. J’aime bien me retrouver dans des endroits peu fréquentés, où les paysages suffisent à vous combler. Si non pour une escapade culturelle je conseille le Museum Blanco à Ubud.

Mais au-delà des lieux touristiques qui sont superbes, ce que j’apprécie à Bali c’est que la liberté et la découverte sont à portée de main ! J’aime me lever tôt pour me balader, quitte à me perdre dans un gang et découvrir quelque chose de spécial. Et ce qui me plaît par-dessus tout c’est le contact avec les gens, qui sont toujours sympathiques et souriants. En plus de cela, je trouve qu’il y a une âme qui se dégage de Bali et j’ai envie d’en profiter à 100%.

Bali c’est le paradis ?

Du point de vue biblique du terme, si on considère le paradis comme l’endroit où les humains qui se sont bien comportés durant leur vie se rendent, oui on peut dire que Bali c’est le paradis. (rires) Evidemment c’est un lieu paradisiaque, magique, où au détour de chaque ruelle il se passe quelque chose. Par exemple, chaque année j’attends avec impatience Nyepi, car je trouve que c’est d’une richesse incommensurable cet événement !

Il y a forcément des points négatifs, comme la circulation ou la corruption, mais encore une fois je m’y sens bien car il y a tant à découvrir. Je ne dirais pas que Bali c’est LE paradis, mais un paradis parmi d’autres.

Annonce

Jean-René donne des cours de théâtre gratuits chez lui. Pour les enfants tous les mercredis après-midi.

Initialement programmée en Avril mais reportée à cause du coronavirus, la pièce « Compromis » est à voir au Royal Beach Hotel les 26/27 Juin 2020.

Pour la prochaine pièce « Le poisson Belge », il cherche une comédienne pour jouer le rôle d’une jeune fille de 14/16 ans.

Il cherche également deux comédiennes entre 25 et 40 ans.

Si vous êtes intéressés, contactez Jean-René sur WhatsApp au : +62 819 9978 3000

PARTAGER SUR

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here