MON BALI PAR DIDIER CHEKROUN

PARTAGER SUR

Pourquoi Bali ?
Je suis styliste et Bali est un des seuls endroits au monde où l’on peut lancer de vraies collections sans pour autant avoir besoin de faire des milliers de pièces. Je crée des vêtements pour mes propres marques et parallèlement j’en fabrique pour d’autres marques. Et comme j’ai une vie un peu schizo je suis aussi dans la musique. Je suis DJ, je mixe dans des clubs, dans des fêtes et je joue aussi de la musique électronique avec des instruments acoustiques dans un groupe qui s’appelle O.S.A.N (Orange Sunglasses At Night). On commence à tourner dans les clubs balinais en août d’ailleurs. J’écris aussi un billet tous les mois pour Bali-Gazette.

Toi qui travailles dans le monde de la nuit, tu dois savoir où sortir à Bali ?
La nuit, c’est un endroit, un jour. C’est-à-dire que par exemple le premier jeudi du mois ce sera au Arboon Bar à Berawa pour la Full Moon Party, ou les autres jeudis au Red Ruby à Petitenget. Le vendredi, c’est forcément Jungle, sur Kerobokan. Le samedi il faut aller au Club Jenja à Seminyak. Et le dimanche, parce que maintenant c’est une vraie soirée de fête alors qu’avant c’était une soirée morte, ce sera le sunset à 707 sur la plage de Batu Belig et ensuite à Da Maria où les gens mangent puis poussent les tables pour en faire une boîte. Tout ça c’est pour tout ce qui est musique un peu underground ; mais pour ceux qui aiment la musique commerciale, ce n’est pas là que ça se passe.

Où est-ce que tu aimes manger ?
Pour manger il y a deux endroits que j’aime vraiment bien. Le premier est à Batu Bolong, c’est un tout petit restaurant qui s’appelle Koi, c’est tenu par une japonaise, tout est hyper bon, tout est frais. C’est un peu le principe du nasi campur mais avec des produits indonésiens, japonais, des salades et plein d’autres choses. L’autre endroit est plutôt vers Petitenget, ça s’appelle Nebula et ils font les meilleurs acai bowl de Bali.

Et pour faire du shopping, où est-ce qu’il faut aller ?
Bali c’est bien parce qu’il y a plein de petits créateurs. Pour l’instant c’est plutôt à Oberoi et Batu Bolong que ça se passe. Mais il y a aussi Berawa maintenant qui est en train de monter avec des petites marques sympas comme Us and Them sur Jl Pantai Berawa ou Santai Skateshop qui se démarquent du Bali traditionnel un peu « babos ex Goa » de l’époque où je suis arrivé ici. Karma Koma, à Oberoi et Ubud, c’est bien aussi. Ce qui est sympa aujourd’hui c’est que c’est plus dynamique, plus diversifié, il y a des jeunes qui s’installent et qui font des choses plus originales, dans l’air du temps et pas forcément stéréotypées Bali ethnique.

Sinon tu fais quoi comme activités pour t’occuper ici ?
Je fais du sport. Il y a de très bons cours de tennis sur terre battue à Petitenget au Bali Clay Court Tennis. Le terrain est impeccable et c’est plutôt rare. Sinon je vais à Nightrider à Bali Fitness Seminyak sur la Sunset road. Ce sont des cours de 50 mn de vélo de salle en groupe dans le noir, avec juste deux bougies autour du prof neo-zelandais et triathlète, et sur du bon rock du style Rage Against the Machine ou Foo Fighters. Ca dégraisse, défoule et surtout on oublie les gens autour de soi car on est quasiment dans le noir. Mais j’ai aussi des enfants donc ça me prend déjà pas mal de temps * rires *

Justement, qu’est ce qu’il y a pour les enfants à Bali ?
Déjà on a la plage, c’est pas mal ; après il y a des trucs comme le Bali Tree Top à Bedugul, c’est un accrobranche dans un jardin botanique hyper propre, hyper bien tenu, c’est assez impressionnant comme endroit. Mes enfants adorent Bounce, la salle avec plein de trampolines au Canggu Club. Sinon il y a Safari Park qui est vraiment sympa mais qui reste un classique pour les enfants à Bali comme Waterbom, le plus beau parc aquatique que j’ai vu en Asie et qui est à Tuban.

Alors, pour toi Bali rime avec Paradis ?
Un paradis non. Mais j’ai pas mal bougé dans ma vie et Bali est un des seuls endroits où l’on peut travailler, passer du bon temps tout en étant accepté par les locaux. Mon fils vient ici deux fois par an et il adore, Bali c’est super pour les vacances. Le tourisme fait que les locaux sont beaucoup plus occidentalisés aujourd’hui mais ce n’est pas quelque chose de mal, ça a ses avantages et ses inconvénients. Par contre je pense que le développement est un peu trop violent. Les rizières sont de plus en plus bétonnées pour construire de nouveaux endroits « stylés » qui finalement ferment pour laisser place à d’autres et grignotent les espaces verts là où il n’y avait encore que des vaches il y a quelques années. Et puis le comportement des locaux envers les expats a changé, il y a plus de jalousie aujourd’hui. Il faut dire que les gens qui viennent vivre à Bali ne sont plus les mêmes qu’avant aussi. Maintenant ce sont majoritairement de jeunes cadres dynamiques qui ne sont pas vraiment intéressés par la culture indonésienne… Mais tout a ses bons et ses mauvais côtés, je ne suis pas de ceux qui disent « Bali c’était mieux avant ». La seule vraie différence pour ces personnes-là, c’est qu’avant elles étaient jeunes.

Propos recueillis par Céline Louaintier

PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE