Mon Bali par Alexia Dubus, Pierre Jacquet… & Milo

PARTAGER SUR

Elle est architecte d’intérieur. Lui est directeur artistique.
Ces deux anciens parisiens se rencontrent il y a 4 ans, sur un collaboration professionnelle à Bali. A peine plus de temps qu’il n’en faut pour esquisser des croquis sur un bout de feuille et les voilà installés ensemble à Bali, parents d’un petit Milo mais également d’une agence de design intérieur et branding nommée Léon. On leur doit notamment l’étonnant univers du restaurant “The Junction House” à Seminyak. Pour ce couple qui aime la pleine conscience, sensible à l’esthétisme artistique et fan de la douceur balinaise tout est pourtant allé très très vite ! A vos palettes, crayons et ciseaux : Alexia et Pierre vous embarquent dans leur Bali, un brin bricolo et arty.

Propos recueillis par Meryam El Yousfi

Pourquoi Bali ?

Alexia Dubus : Mon frère vit en Indonésie depuis 10 ans et il m’a donné le virus de l’archipel. Bali m’a permis de tomber amoureuse d’un pays mais surtout de mon métier. Je me suis révélée ici : il y a tellement de créativité partout et des artisans formidables.

Pierre Jacquet : Parce qu’Alexia m’a fait la surprise d’un package “ bébé et projet professionnel”. Comment refuser une telle proposition ? (rires) Et la hierarchie des entreprises en France, je n’arrivais pas à m’exprimer et cherchais à m’expatrier depuis longtemps.

Comment vous êtes-vous construit votre vie balinaise?

AD : La 1ere année était incroyablement difficile et stimulante. On a eu la chance de rencontrer Driss qui nous a confié la conception de ses 2 restaurants « The Junction House » & « Batik ». Grâce à ses projets, il nous a mis le pied à l’étrier. Et il faut 2 à 3 ans pour se bâtir une réputation. Comme tout le monde on s’est fait avoir au début, en payant des intermédiaires, en nous noyant dans le labyrinthe administratif. Nous fonctionnons avec notre staff comme une petite famille car nous passons l’essentiel de notre temps dans notre environnement professionnel. Ici les sourires, les traditions, les couleurs…permettent d’apaiser le stress inévitable. Et dès que c’est possible, on sort (re)découvrir Bali notamment à travers les circuits du H.A.S.H (bali-hash.com).

PJ : Pour l’instant, notre vie c’est surtout le travail alors je vous préviens, une majorité de nos bonnes adresses sont en lien avec cet univers. On a démarré “Léon” très modestement, chez nous dans une pièce avec une grande table de bois, des chaises et pas de climatiseur. On a travaillé jour et nuit la 1è année. Et puis Alexia, même enceinte jusqu’au cou, courait de fournisseur en fournisseur! Notre petit Milo avait comme aire de jeux préférée les boutiques de nos fournisseurs tissus (tout le long de Jl. Sulawesi à Denpasar). On vous rassure, on sort tout de même en balade le dimanche, c’est d’ailleurs l’occasion ou jamais de citer notre Q.G. pour les sunset du dimanche : le Tukan Beach (Berawa Beach, Tibubeneng)

Pour nos lecteurs fans de décoration où leur conseillez-vous de puiser l’inspiration ?

AD : Pour les inspirations déco allez sur le site Bali interiors (@baliinteriors) vous pouvez télécharger leur catalogue avec toutes les adresses des fournisseurs, c’est une mine d’informations. Des photos qui mettent en avant le meilleur de l’architecture intérieure et des éléments de décoration à Bali. Pour les tissus allez vous balader sur la Jl sulawesi à Denpasar, un air de souk avec pleins de trésors à dénicher. De beaux marbre sur la Mahendradata. Et aussi Jl. Athena à Denpasar. Quand on ne trouve pas sur Bali, on collabore avec Sourcing furniture (https://www.sourcing.furniture) à Java qui recherche ce dont on a besoin dans toute l’archipel.

PJ : En fait ici, il n’y a pas de codes rigides pour l’architecture et c’est pour ça qu’on voit fleurir des lieux aux univers si variés et atypiques. Tout le monde s’improvise décorateur, n’importe qui peut s’y essayer, ne serait-ce que comme une passion.
Il y a tellement de choix dans les matières et fournisseurs : tout est possible, à partir du moment ou tu testes et t’amuses à dénicher. Et pour dessiner leurs idées, il y a les fournitures de “Bali Artemedia” ou “Paper Clip People” (Canggu) dont tous les produits (calepins, stylos) sont recyclables !

Il n’a pas que la table à dessin, et celle de la salle à manger alors ?

AD : On mange beaucoup dehors : ça revient assez cher de faire les courses ici et on n’a peu de temps libre pour se mettre derrière les fourneaux. A Ubud, on adore le restaurant organique “Warung pulau Kelapa” (Jl. Raya Sanggingan), il est au coeur d’une rizière, avec un jardin biologique. L’équipe balinaise qui travaille le jardin t’apporte des paniers pique-nique…on ne peut plus frais ! Et c’est top pour l’éveil pédagogique des enfants.

PJ : Lorsqu’on veut se faire plaisir, on va à l’épicerie “Scran” (à Kerobokan), ils ont des produits de qualité dont une partie localement sourcée. Sinon, on apprécie autant le poisson grillé acheté dans des petits warungs que des tables plus sophistiquées. Le Locavore (Jl. Dewi Sita, Ubud) est à ce titre notre expérience culinaire la plus forte à Bali.

Où aller pour une escapade week-end ?

AD : On aime aller au Komune Resort (Pantai Keramas Street, Keramas) : très beau design que je qualifierai de “contemporain/surf”, avec spa, piscine, djoglo et en plus, ils sont très kids friendly avec par exemple des vidéos projections le soir pour divertir les enfants.

PJ : L’hôtel Blue Karma Nestling (Jl. Raya Suweta Lingkungan, Ubud) parce que c’est calme, serein, raffiné et que cela propose une belle vision de Bali. Il y a quelque chose de très personnel dans le lieu, on s’y sent chez soi.

Des collaborations rêvées avec des structures indonésiennes ?

AD : Je collabore déjà avec mon ami Tedi (Archi metallic) qui est un super entrepreneur spécialiste du métal. Mon rêve serait une collaboration avec le talentueux architecte Andy Rahman et le studio Ibuku, une référence dans le travail du bambou. Et puis aussi, on vous le dit parce qu’on est juste entre nous : on aimerait ouvrir notre propre ligne de mobilier. Parce qu’avec notre agence, on conçoit déjà tout l’univers de nos clients, de la petite cuillère au mur en passant par l’éclairage et ça nous a donné le goût d’aller plus loin et de concevoir nos meubles.

PJ : Il y a tellement de talents et de créativité ici. Alors puisqu’il faut en citer, on rêve de collaborer avec Gaya Ceramic (Jl. Raya Sayan à Ubud ) On aime les jeux de lumière et de perspective, donc les revêtements sont très importants pour nous. On est donc fan de la céramique qui permet avec simplicité et élégance d’habiller, de valoriser et de personnaliser des espaces.

Alors Bali, c’est le paradis ?

AD : Bali ça n’est pas de tout repos. Il faut venir avec un projet solide. Bali t’accueille très généreusement tout comme elle peut te rejeter. Je pense qu’on a une bonne étoile. Il faut arriver humblement, avec de bonnes intentions, alors ça peut être le Paradis.

PJ : Bali nous a permis de nous réaliser, on était deux entités noyées dans la masse et ici on a pu grandir et se réaliser pleinement. Je n’irai pas jusqu’à utiliser le terme de paradis mais Bali nous offre une vie très agréable. Pour moi, c’est une île qui te requinque et te permet d’entamer le début de quelque chose.

PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE