CHER PERE NOEL

PARTAGER SUR

Je me permets de t’écrire depuis le fin fond de la night balinaise, mais après tout la monde, car on devrait pouvoir t’écrire tout le long de l’année et pas seulement en décembre. Je te promets, j’ai été sage cette année. Je n’ai raté aucune bonne fête: j’ai dansé pour Sébastien Léger et Catz’N Dogz à Woobar, hurlé devant Peggy Gou à Potato Head ou communié avec Nicone et Amelie Lens à Jenja. J’ai tout fait comme il fallait. Je n’ai manqué aucun pèlerinage de full moon party à Arboon. J’ai médité devant d’innombrables sunsets à 707 ou Tukan Beach. J’ai bu des cocktails et mangé des sushis tout rose à Who’s your Daddy ? et j’ai même ecouté du jazz manouche à Olala. J’ai sifflé comme il se doit les minables prestations d’Armin Van Buuren et DJ Snake au très commercial Warehouse Project Festival. Et je subis sans broncher certains touristes arrogants qui déboulent en cette saison. D’habitude, ils passent les fêtes chez eux, rue de Rennes à Paris, à sniffer de la neige jusqu’à se transformer en loup-garous. Mais cette année, ils ont décidé de célébrer Noël à la balinaise: champagne à Red Carpet et tequila shots à Mexicola. Vive la mondialisation! Je ne suis pas un cafteur mais je voulais aussi te dire: j’ai grillé la Mère Noël en train de danser sur de la techno dans une cage à Red Ruby, avec son string en fourrure de yeti. Elle était accompagnée d’un hipster à barbe (décidement elle aime ça), qui, à défaut d’etre passé par la cheminée, était tout de même spécialiste en ramonage de dindes. Et en bon Père Fouettard, il distribuait les fessées aux mamans coquines. Le roi mage du bûche à bûche. Voilà il fallait que tu le saches!

Contairement à Chuck Norris enfant, qui n’envoyait pas de lettres au Père Noël mais des ultimatums, voici mon humble liste de cadeaux, si tu avais encore envie de faire une deuxième tournée. Tu verras, je demande trois fois rien: l’interdiction aux jeunes excités de Canggu de conduire un engin à moteur après 20 heures et les obliger à se déplacer en traineaux gojek plutôt que de mettre la vie des autres en péril. Ca sent le sapin et ça fout les boules! J’aimerais aussi que tu revoies les prix prohibitifs de certains beach clubs sur le Bukit qui se reconnaîtront. Pour un pauvre cocktail au goût de mocktail (de qui se moque-t-on?) et une mauvaise barquette de croquettes decorées de trois feuilles de menthe et d’une fleur de frangipanier, ils demandent des fortunes et cela sans même un sourire. J’aimerais aussi que la saison des pluies continue à être clémente, afin que nous puissions encore profiter, sans avoir à porter le parfum « Champignon » de chez
« Cape de pluie moisie » à chaque sortie! Enfin, si l’immigration pouvait arrêter sa tournée d’étrennes de fin d’année dans les clubs, ça serait plus sympa pour l’ambiance générale. Personnellement, c’est fait, je leur ai acheté leur calendrier. Joyeux Noël à eux et qu’ils en profitent bien! Une dernière chose: si tu pouvais éviter de m’apporter du chocolat, il parait que ça fait rétrécir les jeans. Et encore désolé du dérangement.

PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE