Accueil Média

A quand Noordin M Top en burqini ?

PARTAGER SUR

Révélation troublante du terroriste repenti Nasir Abbas (cf. La Gazette de Bali N°40 – septembre 08). Lors du lancement de son dernier livre, l’ennemi public n°1 Noordin M Top aurait déjà plusieurs fois échappé à la police « en se déguisant en femme habillée d’une burqa. » Reprise par la presse, notamment Vivanews, cette info n’étonne qu’à moitié. Le subterfuge était
évidemment bien tentant pour ce fugitif traqué comme une bête dans tout le pays. En effet, depuis le premier attentat contre la cathédrale de Jakarta il y a presque neuf ans, l’Indonésie a montré certaines difficultés à faire le lien entre intégrisme et terreur. Toutefois, les mentalités changent, surtout depuis les attaques de juillet dernier. Ainsi, les mots Islam, imam, burqa, école coranique, jihad, moudjahidine, font désormais partie intégrante de la rhétorique employée pour désigner les contours du fléau terroriste, en contraste saisissant avec les périphrases embarrassées du passé et l’hypocrisie dominante d’alors. Autre fait nouveau, les interviews télé à répétitions d’épouses, de soeurs et de mères de terroristes toutes habillées en… burqa ont permis de mettre en lumière à quel point ces femmes des milieux radicaux, consacrées fantômes télévisuels, n’avaient rien à dire et vivaient en totale ignorance des agissements de leurs époux, frères et fils.

Ces caractéristiques d’un Islam extrême, qu’on n’osait pas même critiquer du bout des lèvres auparavant, sont maintenant stigmatisées comme la racine du mal. On mesure mieux les progrès réalisés lorsque l’on se remémore les propos du vice-président Hamza Haz, au lendemain du premier attentat de Bali, affirmant : « Il est impossible que ce soit un musulman qui ait fait ça. » Aujourd’hui, sept ans après, l’endoctrinement par le biais de certaines écoles coraniques et le financement saoudien sont clairement mis en cause de façon publique… Il s’ensuit une « désacralisation » de l’image du croyant
fanatique, de ses réseaux, de son système de pensée et de ses symboles. Respectés avant comme détenteurs d’une certaine orthodoxie, ils sont maintenant montrés du doigt. Les valeurs fondamentales du pays, de la Pancasila à la démocratie naissante, s’en retrouvent conséquemment revigorées. La prochaine fois que Noordin M Top tentera d’échapper aux forces anti-terroristes, il réfléchira sans doute à deux fois avant de se
cacher sous une burqa que quiconque n’hésitera plus à suspecter. Et n’en déplaise aux Français, toujours pointilleux en matière de voile musulman, il lui faudra alors peut-être fuir l’archipel à la nage vêtu d’un… burqini, ce maillot de bain islamique qui vient juste d’être interdit à la piscine municipale d’Emerainville, dans la région parisienne.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here