Accueil Faune

Un python tueur à Sanur !

PARTAGER SUR

Les lecteurs habituels de cette rubrique de la Gazette savent que j’ai une passion pour les reptiles. Ces dernières années, j’ai fait plein d’opérations de sauvetage par rapport aux serpents, mais aussi à d’autres animaux, qui s’étaient introduits dans des maisons. J’ai fait des conférences au sujet des serpents et de leurs morsures dans les écoles et auprès du public. J’ai aussi donné des conseils sur la façon d’isoler maisons et hôtels du danger de ces serpents tout autour de Bali. Par conséquent, j’ai été très intéressé par un événement qui s’est produit à Sanur à la fin de l’année dernière. J’étais au Royaume-Uni quand l’info est apparue dans les médias locaux et que mon fils Lawrence m’en a alerté. Très vite, la nouvelle était aussi dans les journaux internationaux. Depuis mon retour à Bali, j’ai reconstitué ce qui s’est réellement passé avec des coupures de journaux et des témoignages. Voici l’histoire : le 26 décembre 2013, à environ deux heures du matin, sur un bout de route tranquille de Sanur, un type rentrait chez lui à motocyclette. Dans la lueur de son phare, il a soudainement vu un serpent énorme traverser la route devant lui, d’une longueur « quasi égale à la largeur de la route, c’est-à-dire 4m. » Il s’est dirigé rapidement vers un restaurant du coin où il savait qu’il y avait une personne connue pour être un pawang ular, un charmeur de serpent. Quand il est revenu avec le type, le serpent était toujours là sur la route. Le charmeur de serpent, appelé Pak Ambara et âgé de 62 ans, était persuadé qu’il ne s’agissait pas d’un serpent ordinaire, mais d’un ular duwe, « esprit gardien » ou encore penunggu, en forme de serpent, qui est associé avec certains autels, temples et autres endroits sacrés à Bali. Pour une raison indéfinie, il s’est décidé à capturer la bête avec l’intention de la ramener à la maison. L’attrapant d’abord par l’arrière de la tête, puis par la taille, il enroula le corps au-dessus de sa tête et autour de son cou, espérant le porter ainsi à l’arrière de la mobylette de son ami.

Les serpents n’aiment guère être maintenus et leur queue est tout particulièrement sensible. Par conséquent, le reptile a dû commencer à résister à son chasseur en tentant de se libérer de son étreinte. Le centre de son corps s’est enroulé plusieurs fois autour du visage et du cou de l’homme et l’a serré avec force, commençant à l’étouffer. En une minute à peu près, le gars est tombé sur le côté de la route puis est mort. Les badauds, il semble qu’il y ait eu plusieurs personnes ce soir là, était bien trop apeurés pour aider la victime. Ils n’ont donc pas essayé de lutter contre le serpent en colère mais ont bien pris quelques photos avec leurs téléphones portables. Certaines de ces images sont ensuite apparues dans la presse locale. Sur ces clichés, le type porte des vêtements bleus et on peut voir le serpent enroulé autour de sa tête et de son cou. Dès qu’il a cessé de se débattre, le serpent l’a lâchée et s’est rapidement enfui dans les buissons. Personne ne la suivit pour voir où il allait…
Sur ces images, on voit qu’il s’agit d’un python réticulé. Son corps ne faisait peut-être par 4m de long, mais même à 3m ou 3,50m (le maximum des pythons à Bali), il s’agissait bien d’une bête très puissante. Les pythons réticulés (en latin Broghammerus reticulates) sont les serpents les plus longs du monde avec des individus atteignant 9 à 10m. Par le passé, il y a eu des témoignages faisant état de pythons atteignant les 12m. Il se dit encore qu’il existe des pythons géants se cachant dans des grottes en Indonésie, particulièrement au Kalimantan et à Célèbes. Tout python au-delà de 6m de long est un mangeur d’homme potentiel mais les serpents géants sont désormais rares car les forêts où ils vivent disparaissent, la nourriture que les très gros serpents aiment (daims, cochons) est de plus en plus dure à trouver et puis finalement, parce que les gens les tuent pour leur chair ou tout simplement parce qu’ils n’aiment pas les serpents. Les paysans à Bali les éliminent parce qu’ils mangent leurs volailles. Leur peau peut être revendue à la boutique de cuir du coin et deviendra chaussures, sacs à main, vestes ou ceintures. Cela rapporte une petite somme à celui qui l’a attrapé. J’ajouterai qu’il n’y a pas de fermes à serpents en Indonésie, donc tous les produits en peau de serpents proviennent de bêtes sauvages. Le respect des serpents survit encore dans certains endroits de Bali, où des autels sont construits pour les honorer et les gens les laissent tranquilles lorsqu’ils sont vus près d’un temple. Certains reconnaissent leur utilité dans le contrôle des nuisibles comme les rats, mais la plupart les haïssent.

Ne possédant pas de venin, les pythons tuent leur proie par constriction. Ils attaquent leur proie à la vitesse de l’éclair, leurs multiples longues dents plantées dans la chair, et ils enroulent immédiatement plusieurs boucles de leur corps musculeux autour de l’animal, exerçant une grande pression qui se resserre jusqu’à temps que la proie ne respire plus (les serpents n’ont pas besoin de déchiqueter leur nourriture). Une fois que l’animal a cessé de se débattre, le python desserre légèrement son étreinte et commence à l’avaler dans son entier, en commençant par la tête. Il ira ensuite se cacher pour digérer son repas – poils, peau, os – et jeunera probablement ensuite pendant plusieurs mois. Les attaques de pythons sauvages sur les humains sont très rares aujourd’hui, deux des plus récentes histoires viennent du nord de Sumatra où, dans deux incidents séparés, des jeunes garçons qui jouaient près de la rivière ont été attaqués et tués par de gros pythons (sans qu’ils se fassent dévorer).

Le malchanceux qui a perdu la vie à Sanur a fait l’immense erreur de vouloir l’attraper. Un chasseur de serpents expérimenté n’aurait pas été aussi maladroit ! S’il avait juste laissé le serpent suivre son chemin sans le saisir, il n’y aurait eu aucune raison que le serpent l’enserre,
il aurait su que l’homme était trop gros pour être mangé et l’aurait évité.

Il est ironique que, sur une île où bien des gens ont peur d’être mordus par un serpent venimeux, c’est un serpent sans venin qui ait tué cet homme. Par conséquent, la morale de cette histoire désolante est la suivante : si vous voyez un serpent, laissez-le tranquille ! Dites aux autres personnes autour de vous qu’il est là et rebroussez chemin doucement. Il ne vous coursera pas ! Et parce qu’il y a plein de serpents à Bali, vous devez toujours vous attendre à en voir, éviter les endroits où les buissons sont denses et prenez votre lampe-torche si vous vous déplacez la nuit. Le python tueur de Sanur est toujours dans la nature, quelque part !

Pour toutes questions sur la vie naturelle en Indonésie, posez vos questions par courriel à [->rphlilley@yahoo.co.uk], ou sur Facebook
à « Ron Lilley’s Bali snake Patrol »

PARTAGER SUR

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here