LA ROUGEOLE SUR LE POINT D’ÊTRE ÉRADIQUÉE

PARTAGER SUR

Le Conseil indonésien des oulémas (MUI) a autorisé les musulmans du pays à recevoir un vaccin contre la rougeole et la rubéole bien qu’il contienne de la gélatine porcine.

La décision devrait mettre fin aux longues controverses et aider le gouvernement à établir l’immunité collective contre les maladies. Il a été expliqué par MUI comme étant nécessaire.

« D’abord, c’est une situation d’urgence. Deuxièmement, il n’y a pas d’autre vaccin halal disponible. Troisièmement, nous avons reçu des explications d’experts compétents et dignes de confiance concernant les dangers de ne pas se faire vacciner », a déclaré lundi soir, Asrorun Ni’am Sholeh de la Commission Fatwa du MUI.

Le gouvernement veut atteindre au moins 95 % des Indonésiens pour établir une immunité collective contre la rougeole et la rubéole et éradiquer les maladies d’ici l’année prochaine.

Le Ministère de la Santé a enregistré 6 890 cas de rougeole en 2016, dont cinq cas mortels.

Un programme de vaccination a été lancé l’an dernier, obligeant plus de 66,9 millions d’enfants âgés de 9 mois à 15 ans à se faire vacciner. Des séances de vaccination étaient prévues en août et septembre 2017 et 2018.

Cependant, au début du mois, la branche de MUI Riau a soulevé des inquiétudes au sujet du vaccin, car il n’a pas été étiqueté halal par le conseil. Cela a eu des répercussions à l’échelle nationale, de nombreux parents refusant de faire vacciner leurs enfants.

Le ministère a alors décidé de réduire l’échelle du programme de vaccination, ne donnant des vaccins qu’aux enfants dont les parents ne s’y opposent pas, en attendant que le conseil certifie le vaccin.

Après de longues discussions, qui ont commencé vendredi, le MUI a décidé d’autoriser les vaccins MR, mais a également exprimé l’espoir que le gouvernement « fasse un effort maximum » pour créer ou trouver son équivalent halal.

La ministre de la Santé, Nila F. Moeloek, s’est félicitée de cette décision et a déclaré que le gouvernement poursuivra son programme de vaccination.

 

 

 

SOURCEtempo
PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE