Accueil Good karma

Elisa Mattout : c’est Bali qui l’a choisie

PARTAGER SUR

Ce n’est pas toi qui choisis Bali, c’est Bali qui te choisit. Elisa avait envie de s’échapper du quotidien, de vivre au soleil. Alors chaque année, elle abandonnait sa vie parisienne, le temps de s’immerger en Asie. En 2011, elle était déjà partie seule en Thaïlande. Mais en 2012, elle sent que c’est Bali qui l’appelle. Guidée par son inconscient, elle part en solo avec son sac à dos en mars dernier et parcourt pendant un mois le sud et l’est de l’île, découvre Lombok et deux des trois Gili. A la fin du périple, la magie de l’île a opéré, elle ne veut plus rentrer. De Bali, elle est touchée par la gentillesse et le sourire des Balinais mais aussi par ce parfait équilibre entre exotisme et modernité. Elle retourne à Paris pourtant. Et retrouve le « métro-boulot-dodo ». Jusqu’au jour où elle décide de se lancer, de chercher du travail ailleurs, là où elle pourra être bronzée toute l’année. « J’étais jeune, sans attache ni enfant, c’était maintenant ou jamais ! » dit-elle.

Quand on l’entend parler de son parcours, on est scotché. Fraichement diplômée en graphisme en 2008, elle accepte un petit boulot de vendeuse pour une grande marque de prêt-à-porter à La Défense. « Il fallait bien manger », se souvient-elle. Mais voilà, en quelques années, Elisa gravit un à un les échelons et se retrouve directrice du magasin. Elle qui ne connaissait rien à la mode, elle a l’impression d’avoir beaucoup appris mais commence à tourner en rond. Au mois de juillet dernier, elle envoie donc des CV un peu partout à travers l’Asie mais son premier choix reste Bali. Il suffit d’un mois pour que le karma mette sur son chemin Marie, créatrice de la marque de maillots de bain Blue Glue. Quelques emails échangés, un entretien sur Skype, et la chef d’entreprise sent qu’Elisa a tout le potentiel qu’elle recherche. Courant septembre et octobre 2013, Elisa quitte son travail, vend ses meubles, rend son appartement. Le 1er novembre, elle quitte famille et amis et s’installe à Bali officiellement.

Aujourd’hui, Elisa apprend un nouveau métier. Elle s’occupe des sept boutiques de la marque, mais aussi du recrutement des employées, de la vente en gros, gère les partenaires franchisés, démarche de nouveaux clients et assure le suivi des dossiers. Plus globalement, Elisa a la mission d’implanter la marque internationalement. Si ces nouvelles responsabilités lui demandent beaucoup de travail, elles ne lui font pas peur. Portée par la confiance que Marie à en elle, Elisa sait qu’elle doit aussi apprendre à ne pas trop en faire, à appréhender le rythme de l’île et de ses habitants. Après le boulot, elle relâche la pression en se baladant entre les rizières, sur son scooter. Un luxe qu’elle ne pouvait pas s’offrir dans l’enfer du métro parisien. A Bali, elle se sent à sa place, elle se sent bien : « Je crois qu’on est fait pour s’entendre. »

PARTAGER SUR

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here