Accueil Portraits

Dermoestetica : être belle sans bistouri ni scalpel

PARTAGER SUR

Kiné médical qui a toujours souhaité embellir les femmes, Lionel Bellec a grandi dans l’état d’esprit d’un véritable culte de la beauté. A 56 ans, il avoue avoir « attendu patiemment pendant vingt-sept ans » que les tous premiers appareils esthétiques efficaces voient le jour. En 2007, l’aventure commence lorsqu’il décide de s’envoler pour Buenos Aires, « La Mecque de l’esthétique » selon ses propos. Mais ce n’est véritablement qu’en 2009 qu’il décide de se lancer. Il suit alors une formation de cinq mois chez le fabricant d’appareils esthétiques le plus côté d’Amérique du Sud. Dans la foulée, il achète ses trois premières machines qu’il rapporte dans ses bagages à Nouméa.

La première permet de détruire la cellulite par la technique d’ultrason à cavitation, phénomène physique recréé en 1975 dans les laboratoires de la NASA. « C’est le premier procédé pour détruire la cellulite à travers la peau, sans chirurgie», souligne Lionel Bellec. Il s’amuse d’ailleurs à illustrer l’efficacité de cette technique en affirmant qu’un jaune d’œuf, corps essentiellement composé de gras, est désintégré en seulement cinq minutes et trente secondes (à voir sur YouTube) ! Pour ce qui est du corps humain, les résultats sont visibles au bout de trois, voire quatre séances, chacune étant limitée à quarante minutes par jour, le temps nécessaire au foie pour éliminer ces adipocytes. La cellulite concerne les femmes, voilà pourquoi 90 % de sa clientèle est exclusivement féminine. Mais il s’exclame avec grande certitude que « tout gras peut disparaître ; sur femme comme sur homme ! » On ne peut alors s’empêcher de le questionner sur les éventuels risques de cette esthétique high tech. Tout se déroule-t-il toujours sans problème ? Il semblerait bien que oui, il n’est qu’à consulter Internet pour y constater que cette pratique est généralisée mondialement. Chaque technique, même si elle paraît complexe et dangereuse au premier abord, est appliquée à faible puissance. Le profane peut alors se rassurer, même si une consultation chez un médecin ou un kiné est recommandée avant une série de soins.

En plus de cette toute première machine de guerre contre la cellulite, il acquiert également un appareil électro-stimulateur par ondes qui permet de se muscler ou de réduire une inflammation par l’électricité, et une machine de pressothérapie activant un meilleur drainage lymphatique pour traiter les jambes lourdes. Avec ses trois joyaux technologiques mis au service de la beauté et de la santé, le kiné rencontre un vrai succès à Nouméa avec son premier centre Dermoestetica. C’est une success story qui naît alors pour cette nouvelle esthétique sans chirurgie. Au point qu’en 2010, il achète un nouvel appareil à lifting par radiofréquence. Pour faire simple, on chauffe le derme à plus de soixante degrés, sans chauffer l’épiderme directement, ce qui est inoffensif. C’est donc par cette technique de chauffage à distance que la peau se retend. D’après ce passionné de technologie, la radiofréquence est certes bénéfique du point de vue esthétique, mais c’est aussi « un véritable coup de fouet pour la circulation car elle permet de faire fondre le gras qui bouche les canaux lymphatiques et redonne oxygène et nutriments à la peau. » De plus, il souligne que cela fonctionne aussi bien dans le cou que sur le dessus des mains, ce qui est impossible en chirurgie. Pour Lionel Bellec, il est clair que les techniques non invasives sont préférables quand elles sont possibles, ce qui signerait la fin de certaines interventions chirurgicales, telles que le lifting « léger » et les « petites liposuccions ».

Fort de son succès en Nouvelle-Calédonie, il décide ensuite de s’installer à Bali. Ici, « c’est comme à la maison », soutient cet homme déraciné qui revient vivre dans l’endroit de ses plus vieux souvenirs. En effet, il se remémore petit garçon, il y a plus de cinquante ans, lorsqu’il vivait près du barrage hydroélectrique de Jatiluhur, à Java, le plus grand chantier jamais ouvert en Indonésie dont son père fut un des directeurs de construction. Ainsi, lorsqu’il ouvre son centre en juin 2013, il réalise alors son rêve de beauté à haute technologie dans un pays qui l’a vu grandir. Il y accueille aussi bien les patients pour les séances de kinésithérapie que pour les séances purement esthétiques. Il porte un regard étonné sur la pratique locale systématique des manipulations vertébrales, en chute en Europe. A l’expérience, il se range derrière l’opinion médicale, à savoir que répondre à une douleur par une manipulation serait donc une pratique peu conseillée ou tout du moins, nécessite d’abord l’avis compétent d’un médecin spécialisé parce que les lésions sont amplifiées par ces manipulations. Il s’inquiète aussi que les enfants d’ici consultent aussi peu les kinés parce qu’« environ 5% des enfants souffrent de scoliose ou de cyphose et devraient faire l’objet de traitement kiné. » Avis aux parents responsables ! Pour les jeunes et les moins jeunes qui souffrent d’acné, il achètera bientôt un appareil de luminothérapie qui pulse du bleu pur, la lumière tueuse de la bactérie responsable de l’acné. « J’étais le premier à douter de l’effet de la lumière sur la peau mais j’ai pu constater que les résultats de la lumière rouge pulsée sont exceptionnels », précise-t-il. Il recevra bientôt sa machine qui pulse du rouge pur, qui donne aussi bien de bons résultats pour fabriquer du collagène, lutter contre la cellulite qu’aider à résorber les cicatrices fraîches. 

A la différence de l’Amérique du Sud où les centres esthétiques se sont véritablement démocratisés, l’Asie en fait toujours un domaine réservé, un traitement de luxe dévolu aux plus fortuné(e)s. Bali n’échappe pas à cette règle. Ce kiné amoureux de la beauté veut contribuer à démocratiser ces traitements en proposant des prix plus abordables, et nous ne doutons pas qu’il va très vite rencontrer le succès escompté avec Marina et Adel, ses deux exécutantes qu’il a mis un point d’honneur à totalement former et qui se passionnent pour ce qu’elles font, bien heureuses de pouvoir s’embellir gratuitement !

Dermoestetica-Bali.
39 A Sunset Road, Seminyak.
Tél. 081 353 380 058.
[www.dermoestetica-bali.com->www.dermoestetica-bali.com]
.

PARTAGER SUR

1 COMMENTAIRE

  1. Bonjour,
    Je viens de voir la photo de M.Lionel BELLEC, et je me demande si nous n’étions pas ensemble
    sur le barrage de Ouarzazate dans les années 70.
    Je suis Hervé DEDENON
    Je ne sais pas qui va trouver ce message mais pouvez vous lui transmettre s’il est bien la personne que je pense, mais d’après la photo il n’aurait pas changé.

    La photo d’un certain (grain de beauté) pourrait vraiment le confirmer.
    Cordialement
    Hervé

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here