Voyage au centre de la Terre

PARTAGER SUR

En quittant les étals du marché touristique et poussiéreux de Sukawati, mon oeil aperçoit une pancarte à la curieuse promesse : “Hidden Canyon Beji Guwang.” Un lieu caché…affiché aux yeux de tous donc !

La route goudronnée qui y mène est impeccable; le parking lui, propret et minutieusement agencé. Une ribambelle de guides officiels attendent, eux, sagement le chaland. On se demande presque si le lieu recèle réellement un semblant de cours d’eau.

Hidden Canyon Beji Guwang n’a, de prime abord, rien de caché.
Le passage à la caisse est quant à lui, bien en évidence.
180 000 roupies s’évadent de mon portefeuille. Avec mes amis, nous espérons donc que cette échappée belle va tenir ses promesses.
On nous assigne un guide : Wayan 1,80m et des muscles qui laissent présager une balade qui ne sera pas de tout repos. Il nous remet des clefs pour déposer nos affaires dans des vestiaires. Le farceur glisse une petite blague potache pour briser la glace. Prêts ? Partez !

En moins de 5mn, les marches sont dévalées. La verdure grandiose et luxuriante s’amoindrit. Nous devenons infiniment petits. Les hautes parois nous précipitent finalement dans une nature minérale et rocheuse. Nous voilà engouffrés dans le ventre du canyon.

L’excitation naît, elle prend de l’ampleur quand il faut apprivoiser la marche sur roches escarpées. A notre grande joie, le groupe de touristes-aventuriers nous précédant s’échappe rapidement. Enfin seuls! On saute de partout, on rit à la moindre occasion et s’amuse de tout et de rien. Des réactions presques enfantines pour un plaisir régressif, face à ce défi que nous offre la nature.
On plaisante également à se dire que ce lieu est certes caché, mais certainement pas secret. Et personne n’aimerait rester secrètement caché ici, tant l’endroit est sacrément intimidant. Pour cause, l’eau de cette rivière – Oos – est sacrée. Une croyance dont la source est le temple Beji, non loin des canyons. L’eau de ce pura est utilisée pour les cérémonies religieuses. Alors, au détour de plaisanteries, Wayan nous explique qu’il préférerait que les visiteurs gardent leur t-shirt et leur short pour faire la traversée. Une question de respect. Nous voilà bien penauds : nous sommes tous torses nus. Excuses en cascade.

Puis, le trek semi-aquatique s’intensifie. Les rochers couverts de mousse sont ultra glissants. Parfois il faut grimper, parfois il faut se jeter à l’eau, souvent – pour ne pas dire tout le temps – il faut rester vigilant. Prudence est mère de sûreté…Mais si elle n’engage à ne regarder principalement que ces pieds, autant aller taper un foot. Quoique non en fait, au foot, dans la vie, ou en plein trek, on est toujours meilleur la tête haute. Surtout pour s’en prendre plein les yeux grâce à une lumière zénithale et lointaine qui vient caresser la surface de l’eau. Le plus drôle, c’est que même en étant prudent, nous, les aventuriers du dimanche, pendant ces deux heures, avons tous chuté un par un. De la plus impressionnante à la plus ridicule des gamelles, les éclats de rire – et ceux de Wayan compris – ont joyeusement heurté les parois d’une rivière pas comme les autres. Alors, après les bobos des canyons, retour à ceux de la vie quotidienne.

Pour ceux qui rêvent d’une idyllique baignade dans la petite piscine naturelle turquoise tant mise en avant sur les réseaux sociaux, armez-vous de vos meilleurs filtres. Et préparez-vous à une sacré dégringolade : la flaque est insignifiante, voire sale. Je ne m’y baignerai pour rien au monde. Peu importe la destination, c’est le voyage qui compte. L’adage s’applique particulièrement bien à cette plongée dans les entrailles de la roche.

Basil Burté

Beji Guwang
Jalan Sahadewa, Sukawati
Prix : entre 120 000 et 200 000 rp selon la taille du groupe
Fb : Hidden Canyon Beji Guwang

PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE