Voisins, voisines

PARTAGER SUR

Quand c’est l’heure, c’est l’heure. La nature intransigeante de ce dicton a pris tout son sens quand à 3h du matin ma femme me dit qu’elle venait de perdre les eaux. Un mélange de fatigue et de sidération me fit lui demander : T’es sûre ? Ça peut pas attendre demain parce que là je suis vraiment, vraiment crevé ! Un regard suffit à me faire comprendre que cette question ne méritait bien sûr aucune réponse. Ok, c’est parti. Par quoi on commence ? C’est le milieu de la nuit le lendemain de Nyepi, y a pas un chat dans les rues, il pleut et les enfants dorment dans la chambre d’à côté… Mais c’est aussi l’Indonésie, un pays où il est possible de réveiller ses voisins à toute heure de la nuit sans que cela n’étonne jamais personne. En quelques instants la question était donc tranchée. Le couple sympathique d’à côté va dormir dans le salon pour assurer le coup avec les petites et la voisine d’en face sans hésiter nous prête sa voiture. En route vers l’hôpital, je me faisais la réflexion que la vie en perumahan avait définitivement du bon. Confrontés à la même situation à l’époque où nous vivions en kost, il aurait fallu espérer que notre voisin travesti soit rentré de la chasse plutôt que d’habitude, idéalement bredouille, ou que le Russe taciturne du bout du couloir accepte de continuer son coma éthylique sur notre tapis. Et pour trouver une voiture, dans le meilleur des cas on aurait pu miser sur le bon vieux Jimny que le bapak kost loue au touriste avec comme il se doit le réservoir vide, les sièges couverts de sable et la porte passager qui ne ferme plus. A-t-elle seulement fermé un jour ? Personne ne l’a jamais su. On le sait, l’embourgeoisement est avec le mal de dos un des pires fléaux de notre temps. En pratique on y trouve quand même quelques avantages non négligeables. Un perumahan est une zone résidentielle constituée de lotissements de maisons. Il y en a de toutes les sortes, des plus simples aux plus luxueux mais globalement on peut dire que c’est l’habitat naturel de la classe moyenne indonésienne. Bien que ne communiquant avec l’espace public que par un ou deux points d’entrée où sont postées des équipes de gardiens, les avantages en termes de sécurité sont loin d’être évidents tant ces derniers remplissent surtout un rôle d’accueil et d’orientation des Go-Jek. En revanche, la circulation particulièrement limitée dans les rues et les allées de la résidence qui en résulte donne l’occasion aux riverains de se réapproprier ces espaces pour se rencontrer et se socialiser, en particulier aux enfants. Une socialisation à laquelle contribue également la hauteur raisonnable des murs d’enceintes qui ne bunkérise pas les habitants à l’intérieur comme c’est souvent le cas pour les villas. Alors sans être forcément cul et chemise, au sein d’une communauté en perpétuel renouvellement qui n’est centrée ni sur l’origine ni sur la religion, on entretient des relations à la fois bienveillantes et confortablement superficielles. On est des voisins.

PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE