UVJF 2018, NASIRUN A OBEROI, BLACK BEACH ASIE, PARADISO, CINE CLUB FRANCE

PARTAGER SUR

<vendredi 10 et samedi 11 août>
Le Ubud Village Jazz Festival 2018
Pour la sixième année consécutive, le Ubud Village Jazz Festival fait son retour ce mois-ci. Une vingtaine de groupes et musiciens venus des quatre coins de la planète seront présents pour le festival de Jazz le plus populaire de Bali. Pour cette sixième édition, grands noms du jazz et nouveau venus joueront sur le thème de « Freedom of Expression » (la liberté d’expression).
Beaucoup d’invités comme Ade Irawan’s Good Fella, Tiyo Alibasyah, Jeko Fauzy Nusatiga, Ito Kurdhi… sont des musiciens indonésiens déjà très respectés dans le milieu du jazz, mais d’autres grands artistes étrangers comme l’illustre pianiste hard-bop américain Benny Green Tryo seront aussi de la partie. Seront présents le trompettiste hollandais Gerard Kleijn, le groupe coréen A Fuzz, les allemands de Fossile 3, les japonais de Ya ! Voices et même la France sera représentée cette année par le groupe Insula (voir interview en page 29 de cette édition). Evidemment la liste n’est pas exhaustive et on vous laisse découvrir les autres par vous-même en vous rendant sur le site du UVJF. Des concerts pré-événement sont organisés dans différents endroits de Bali la semaine précédant le festival et d’autres seront programmés juste après, alors restez aux aguets ! Le prix du billet est à peu près de 35 $ pour un jour et 50 $ pour les deux jours.
www.ubudvillagejazzfestival.com
Agung Rai Museum of Art (ARMA), Jl Raya Pengosekan, Ubud

<jusqu’au lundi 6 août>
Indonesian Fine Art expose les œuvres de Nasirun à l’hôtel Oberoi
Depuis le 2 juillet, l’organisation non lucrative Indonesian Fine Art – dont le but est de promouvoir l’art moderne et contemporain indonésien – expose les œuvres de l’artiste Nasirun à l’hôtel Oberoi, situé à Seminyak.
Nasirun, né en 1965 dans la ville de Cilacap au centre de Java, est considéré comme un artiste indonésien à part. Ses œuvres à la peinture à l’huile sur toile revisitent l’art populaire avec beaucoup de couleurs et de symboles. Son style est comparable à celui du célèbre artiste biélorusse Marc Chagall car il ne se rattache pratiquement à aucune école. Certes, il s’inspire de la mémoire culturelle indonésienne dans la majeure partie de ses pièces, mais Nasirun a vraiment un monde à lui qui donne une nouvelle signification à ces symboles. L’artiste javanais a en effet été bercé par la culture du wayang (spectacles de marionnettes) et de ses héros de la tradition pré-islamique qu’il utilise pour mettre en lumière les problèmes sociaux du monde contemporain. Cet artiste au style parfois conceptuel déborde d’imagination et pousse son public à en faire de même.
La plupart des œuvres présentées lors de cette exposition traitent de la notion de délivrance spirituelle. Les travaux de cet artiste créent une sorte de pont entre tradition et modernité, un procédé qui se fait de plus en plus rare aujourd’hui. Alors si vous n’êtes pas encore allé voir les peintures de cet artiste indonésien au style si particulier, il vous reste à peine quelques jours pour le faire…
The Oberoi, Jl. Kayu Aya, Seminyak
info@indonesianfineart.org

<tous les mercredis et jeudis du mois>
On continue comme en juillet au Black Beach
Pour ceux qui n’ont pas eu le temps de profiter du cinéma asiatique en juillet, pas de panique, le Black Beach remet ça en août ! Le jeudi 2, on commence le mois avec un film indonésien : « Lovely Man » de Teddy Soeriaatmadja, l’histoire d’une jeune indonésienne musulmane de 19 ans qui en recherchant son père découvre qu’il est en fait une femme transgenre. « The Wedding Banket », un film taiwanais d’Ang Lee qui parle d’un couple homosexuel qui arrange un mariage blanc avec une immigrée pour ne pas que leurs parents découvrent leur relation, sera diffusé le 9. Le 16 c’est au tour de « Shall We Dance », une romance japonaise dans l’univers de la danse réalisé par Masayuki Suo. Puis viendra un film coréen le 23 : « Spring, Summer, Fall, Winter… and Spring » de Kim Kiduk. Un maître bouddhiste apprend à un jeune garçon à grandir dans la sagesse et la compassion. Pour terminer, rendez-vous le 30 pour voir « House of Flying Daggers », un film d’arts martiaux chinois réalisé par Zhang Yimou qui raconte l’histoire d’un groupe de bandits qui volent aux riches pour donner aux pauvres.
Les mercredis, le Black Beach continuera de diffuser des épisodes de la série documentaire Blue Planet II. Le 1er, on parlera des « mers vertes » qui regorgent de vie. Le 8, direction les côtes, les habitats les plus dynamiques mais aussi les plus dangereux dans l’océan. La semaine suivante, le 15, on s’intéresse aux coraux, la forêt de l’océan, véritable oasis de vie. Puis le 22, à l’impact des rayons de soleil sur les mers. La série se termine sur la rencontre de David Attenborough avec les pionniers qui s’efforcent de protéger l’océan.
BlackBeach, Jl. Hanoman n°5, Ubud. Tél. (0361) 97 13 53
A 20h tous les mercredis et jeudis du mois. Entrée gratuite.

<du 1er au 31 août>
Artistes sous la lumière, à Paradiso Ubud
Depuis trois ans Lord Ananta  fait poser des artistes  sous la lumière zénithale  du joglo du Warung Pulau Kelapa de Ubud, cette splendide maison javanaise traditionnelle en bois de teck.
D’une petite lucarne du toit la lumière de midi tombe dans la pénombre  sur une table devant laquelle s’assoient les artistes que Lord Ananta rencontre, musiciens, peintres, sculpteurs, poètes et danseurs sont ainsi révélés par les éclats de la lumière céleste.
Lord Ananta, c’est le serpent à mille têtes qui protège Vishnou sur la Mer de Lait. C’est aussi le nom qu’ont choisi Ouké et Michel, un couple  d’artistes franco-indonésien, lui photographe et elle designer pour poursuivre leur travail, privilégiant la photographie en noir et blanc qui souligne la vérité des visages.
Paradiso Ubud, Jl. Gootama Selatan, Ubud – Tel. 085 737 614 050

<Vendredi 10 août>
Cine Club France
En ce mois d’août, Paradiso Ubud propose, avec la collaboration de l’Alliance Française de Bali, la projection de deux films récents qui ont fait salle comble en France.
A 17h, « Les Tuche » (2011) d’Olivier Baroux. A Bouzolles, tout le monde connaît la famille Tuche. Jeff, Cathy et leurs trois enfants vivent du système D. Respectueuse de la philosophie Tuche, « l’homme n’est pas fait pour travailler », toute la famille s’emploie à être heureuse malgré le cruel manque de revenus. Leurs vies étaient toutes tracées. Ils seraient toujours pauvres, mais heureux. Mais un bouleversement va mettre en péril ce fragile équilibre. Les Tuche vont devenir riches, très riches. 100 millions d’euros gagnés à « L’Euroloterie » vont tout changer.
A 19h30, « Les Grands Esprits » (2017) d’Olivier Ayache-Vidal. François Foucault, la quarantaine est professeur agrégé de lettres au lycée Henri IV, à Paris. Une suite d’évènements le force à accepter une mutation d’un an dans un collège de banlieue classé REP +. Il redoute le pire, à juste titre !
Prix d’entrée: IDR 50.000 déductibles du coût éventuel de repas/boissons
Paradiso Ubud, Jl. Gootama Selatan, Ubud – Tel. 085 737 614 050

Céline Louaintier

PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE