Accueil Le Desk info

Une pétition en ligne pour la réouverture des plages de Bali

PARTAGER SUR

Une pétition en ligne comptant plus de 2000 signatures demande la réouverture des plages de Bali, arguant que les gens devraient pouvoir y accéder tant qu’ils respectent les règles de distanciation sociale. 

La pétition, lancée au début du mois de mai sur change.org vise à introduire l’idée d’un “accès filtré” aux plages de Bali sous la supervision des responsables des villages, afin de permettre aux surfeurs, coureurs et promeneurs occasionnels d’y accéder. A ce jour, elle a recueilli 2322 signatures.

Pour rappel, depuis fin mars 2020, et afin de freiner la propagation du COVID-19 à Bali, les autorités ont temporairement fermé les sites touristiques de l’île, y compris l’accès aux plages et ce jusqu’au 29 mai au moins.

Des panneaux, barrières et barricades ont été installés aux différents points d’accès des plages de l’île afin d’empêcher les usagers d’y pénétrer.

La plupart des pays du monde ont fermé l’accès aux plages. Les plages hawaïennes sont parmi les seules à être restées ouvertes pendant cette période. Début mai, la pratique du surf et l’exercice physique sur la plage ont été de nouveau autorisés en Australie, alors que la même décision a été prise en France avec le concept de “plage dynamique”.

Bali est une des destinations d’Indonésie, voire du monde, les plus prisées par les surfeurs, de par la qualité et la diversité de ses vagues. Toute une économie s’est développée autour de cette activité, avec plus de 300 écoles de surf rien que dans le sud de Bali, et l’image de l’île des dieux est forcément associée au surf. Ainsi, la fermeture des plages de Bali donne lieu à certaines incompréhensions de la part des surfeurs locaux.

Tim Hain, de l’Asian Surf Cooperative, qui fait partie de la communauté des surfeurs de Bali depuis 20 ans s’interroge quant à la pertinence de cette mesure. En effet, il considère que la distanciation sociale dans l’eau entre les surfeurs n’est pas un problème. Il ne comprend pas que des endroits comme les salles de sports, les restaurants, les marchés locaux ou les lieux de cultes soient ouverts et bondés de monde, quand les plages désertes restent fermées.

Une chose est sûre, les spots balinais n’ont pas été aussi vides depuis 50 ans, et l’arrivée des houles estivales devrait donner lieu à des images inédites de vagues parfaites et vierges.

PARTAGER SUR

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here