Tout nouveau, tout beau

PARTAGER SUR

Le billet de Didier Chekroun

Alors que 2020 approche à grands pas, nous voici nez-à-nez avec les années 20. Que retiendra-t-on des années 10? Pas grand-chose, à part le fait que nous soyons tous devenus junkies de nos téléphones portables durant cette décennie. Nouvel An, nouvel élan et voici que pointent les bonnes résolutions utopiques : abonnement en salle de sport classé sans suite, arrêt du tabac (pour 3 jours) et autres promesses non-tenues.

Pour la night balinaise, une nouvelle ère débute. Certes, le réveillon du Nouvel An ressemblera à tous les autres. Car contrairement aux soirées ordinaires, en plus des oiseaux de nuit habituels, tout le bétail sera de sortie ! Et qui dit bovins, dit prix démultipliés, queues interminables, embouteillages et surtout un public surexcité, qui fait preuve d’une résistance moindre à l’alcool et autres joies de la vie, confondant vitesse et précipitation, ivresse de bonheur et ivresse de bonne heure ! Mais cette année est surtout synonyme de lieux nouveaux, qui poussent comme des pommes de terre nouvelles sur du fumier. Ou plutôt sur les cendres de feu Shanghai Baby, où l’ex-futur boss de Sky Garden ouvre ShiShi, un pittbull de club sur 3 étages, qui vient manger dans la gamelle de ses voisins Red Ruby et Mirror. Et vu l’investissement consenti pour les déco et sono, nous sommes loin de l’histoire sans chichi ! Un peu plus loin, chez les prépubères new age de Batubolong, au coeur de la ville nouvelle de Canggu, le “new kid on the block” s’appelle Neverland. Malgré son nom de fan attardé à tendance pédophile de Peter Pan, ce vaste espace tout en bois de récup’ de bateaux est prometteur. Et comme la vraie nouveauté naît toujours dans le retour aux sources, l’atypique directeur artistique, qui n’est autre que le boss du fameux Golden Gate Club à Berlin propose une programmation uniquement disco et funk. Espérons que le jeune public, à la culture musicale proche du bulot, et hermétique à tout autre son que ceux du top 40, adhérera au concept. Car le problème, à notre époque, c’est que les vieux cons sont de plus en plus jeunes !

Nouveau trend, les “backyards”, ou arrière-cours en français, sont les hits du moment. Who’s your Daddy,The Backyard ou Mason sont autant d’exemples de lieux où l’on fait la fête à l’abri des regards indiscrets. Si la tendance vient de New York, il est étonnant, au pays des selfies et des méga beach clubs m’as-tu-vu, qu’une philosophie si underground puisse remporter un tel succès. Enfin, je ne tournerai pas longtemps autour du pot : en ce moment à Bali, on redouble de créativité lorsqu’il s’agit de WC. Pissotières en forme de lèvres à Ibiza in bali, miroirs encadrés de talons-aiguilles au très pop art Dash Hotel ou murs en bidons multicolores à Uni : en 2020, même complètement névrosé, ce n’est pas aux chiottes que vous déprimerez. Et même si être au bout du rouleau est une situation très pénible, surtout quand on est aux toilettes, sachez qu’en cette nouvelle année qui commence, si vous n’êtes pas responsable de la tête que vous avez, vous le serez en revanche pour la gueule que vous ferez !

PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE