TOMIYANG : JE PEUX M’EPANOUIR ET AFFIRMER MON IDENTITE SEXUELLE

PARTAGER SUR

Entre sa vie nocturne dans les boites gays de l’île des dieux et le désir d’aider son prochain, Tomiyang a des projets plein la tête ! Passionné de danse depuis le plus jeune âge, ce Javanais de 27 ans a la niaque ! Professeur le jour, danseur en club la nuit, il ne s’arrête jamais. Sa philosophie : prendre la vie comme elle vient en mesurant sa chance à chaque instant.

Tu es arrivé à Bali il y a 5 ans pour donner des cours de danse, où peut-on te retrouver pour que tu nous enseignes quelques pas ou simplement pour te voir danser ?
J’enseigne principalement à des enfants, je donne des cours au lycée Sakura de Denpasar, à l’école de danse de Jimbaran et à la Galaxy Kids Dance Production entre autres mais j’ai aussi ma propre compagnie de danse. Je fais d’ailleurs toutes les chorégraphies pour mon équipe ! Mais si vous voulez venir me voir danser, je suis au club Hogwart ainsi qu’au Mixwell deux fois par semaine. C’est aussi là que je m’éclate !

Pourquoi as-tu choisi le Mixwell ?
Tout simplement parce que c’est un lieu où je me sens bien, je peux m’épanouir et affirmer mon identité sexuelle ce qui n’est pas évident partout.

A ce sujet, comment vis-tu ton homosexualité à Bali ?
Etrangement bien ! On ne soupçonne pas la communauté gay de Bali, elle est énorme. Je n’ai jamais eu aucun problème. Bali est différente des autres îles indonésiennes, plus tolérante, plus « peace » et tant mieux ! Attention, il y a de l’homophobie à Bali, je n’ai pas dit que ça n’existait pas mais je crois que je suis chanceux. Je n’ai jamais rencontré de vrais homophobes et si j’ai pu en rencontrer, je ne leur ai jamais accordé l’attention qu’il souhaitait pour que leurs propos puissent m’atteindre.

Quels sont tes rêves pour l’avenir ?
J’en ai plusieurs, mais s’il y en avait deux, ce serait premièrement d’ouvrir ma propre école de danse à destination des populations démunies de Bali, les sans-abris, les réfugiés. Je viens d’une famille vraiment pauvre, il fallait choisir entre payer l’école ou la nourriture et je ne le souhaite à personne. J’aimerais aussi enseigner aux enfants de la rue afin qu’ils puissent avoir le même avenir que moi, gagner de l’argent et s’en sortir. Mon deuxième rêve est plus léger, être Beyonce (rire), non je plaisante mais danser pour elle et travailler à Hollywood, j’adorerais !

Morgane Pareille

PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE