TOLERANCE : LA CONTROVERSE DE LA BÛCHE DE NOËL

PARTAGER SUR

Le débat annuel selon lequel les musulmans sont ou ne sont pas autorisés par leur religion à souhaiter un « joyeux Noël » aux chrétiens a pris une ampleur inattendu ce weekend avec le refus d’un pâtissier de Makassar (Sulawesi) d’inscrire « Selamat Hari Natal Keluargaku » sur le gâteau commandé par une cliente.

L’affaire a fait le tour des réseaux sociaux en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, divisant allégrement les internautes sur le refus calme et argumenté de la pâtisserie Chocolicious Indonesia.

Le responsable de l’établissement a en effet estimé n’avoir rien fait de mal, expliquant que sa décision ne devait absolument pas être interprété comme un acte d’intolérance.

Il a d’ailleurs expliqué posément sur son compte Instagram : « Avec tout le respect et l’humilité nécessaires, nous, à Chocolicious Indonesia, ne sommes pas en mesure d’inscrire ‘Merry Christmas’ ou d’autres expressions semblables. Cela ne vaut pas dire que nous ne respectons pas votre religion. Mais sauf votre respect, c’est ce que nous devons pratiqué sur la base des principes de notre religion. Une fois encore, nous présentons nos sincères excuses du fond du cœur et avec un sentiment de respect et d’honneur en tant qu’Indonésiens. Nous continuerons encore à fournir des cartes de vœux et des cartes en chocolat en service supplémentaire. Vous êtes bienvenus à ajouter vous-mêmes vos propres écrits. Une fois encore, nous espérons votre compréhension. »

Pour certains netizens, cette respectueuse et délicate explication n’a pourtant pas été suffisante et ils continuent d’accuser le pâtissier de sentiment anti-chrétien.

Cette controverse de la bûche de Noël intervient au milieu d’une instrumentalisation croissante de la religion dans la politique en Indonésie où une classe moyenne musulmane florissante semble imposer de plus en plus ses vues religieuse et conservatrice.

Et si de nombreux Indonésiens ont pris l’habitude de composer tous les ans avec les violences des groupes islamiques radicaux contre la célébration de Noël, c’est la première fois qu’un honnête et paisible commerçant refuse poliment une aussi insignifiante requête que celle d’inscrire « Joyeux Noël » sur un gâteau.

Nombreux sont ceux qui ont déjà manifesté leur décision de boycotter Chocolicious Indonesia, tandis que d’autres ont exprimé leur soutien au pâtissier de Sulawesi, divisant un peu plus le pays à la veille d’une année électorale qui s’annonce plus clivante que jamais autour des questions religieuses.

La controverse de la bûche de Noël peut sembler insignifiante en elle-même, mais c’est justement parce qu’elle a autant résonné sur les réseaux sociaux depuis deux jours tout en étant dérisoire qu’elle porte en elle ce poison insoupçonné jusqu’alors.

PARTAGER SUR

1 COMMENTAIRE

  1. Qu’en pense le Président Joko Wibodo?
    Le patissier de « Chocolicious Indonesia » déclare :
    On se demande, où il a pu bien lire cela dans le CORAN ? A mon avis, on le lui a imposé…
    Cette controverse de la bûche de Noël intervient au milieu d’une instrumentalisation croissante de la religion dans la politique en Indonésie où une classe moyenne musulmane florissante semble imposer de plus en plus ses vues religieuse et conservatrice.

    D’un autre coté, ce patissier de « CHOCOLISIOUS INDONESIA » qui souhaite ne pas dessiner ou interpréter le désir du client, est sa conviction. Soit.
    Dans ce cas, il devrait avertir à l’avance le client, afin que ce dernier décide d’acheter le produit.
    D’un autre coté dans cette affaire, le commerçant va probablement perdre beaucoup de client.

LAISSER UNE RÉPONSE