THE ENIGMA, A LAND TO REMEMBER, KADEK KRISHNA ADIDHARMA, DES ANGES ET DES CLASSIQUES, LES DESSINS DE RIO, LA JOURNEE DE LA DANSE

PARTAGER SUR

<Jusqu’au 15 avril >
« The Enigma : Looking at Life Through Women’s Eyes »,
les femmes dans les yeux d’artistes masculins à Sanur
Cette exposition d’œuvres dépeignant la vie des femmes dans un regard d’homme se tient à Artotel. L’idée est de regrouper des œuvres d’artistes masculins au sujet de leurs épouses, de leurs filles, de leurs mères, de leurs sœurs, de leurs amies, de leurs amantes. Les artistes suivants sont exposés : Anas Etan, Awan Yozeffani, Djunaidi Kenyut, Imam Sucahyo, IBK Sindu Putra et leurs travaux sont également disponibles à la vente. « The Enigma » propose ainsi au regard des visiteurs des vies de femmes, de toutes origines et conditions, et même de transgenres, depuis une perspective masculine tout en se défendant de tomber dans les clichés habituels. Cata Odata, d’Ubud, est le collectif artistique curateur de l’événement. Les œuvres, exposées dans le lobby de l’hôtel, sont visibles tous les jours, 24/24h.
Artotel, Jl. Kusuma Sari n°1, Sanur. Tél. (0361) 472 10 00

<Jusqu’au 29 avril >
« A Land to Remember – Recalling the Land of my Birth », I Putu Bonuz Sudiana à Griya Santrian
Putu Sudiana, plus connu sous le sobriquet « Bonuz » est né en 1972 à Nusa Penida. Cette île était alors bien différente de ce qu’elle est aujourd’hui avec de nombreux problèmes de sécheresse, et des activités économiques basées essentiellement sur la pêche et la culture d’algues. Depuis, le tourisme s’est développé, apportant à la fois des richesses et des problèmes. Les souvenirs d’enfance de Bonuz et leurs confrontations avec les changements de l’époque moderne sont au centre de cette série de tableaux que la galerie Griya Santrian propose aux visiteurs. « Les couleurs sombres de mes peintures expriment la destruction de la nature dont ma conscience a été témoin et un certain nombre de choses qui sont en conflit dans mon cœur », a commenté le peintre au sujet de ce travail particulier.
Griya Santrian Beach Resort and Spa,
Jl. Danau Tamblingan n°47, Sanur. Tél. (0361) 288181

<Dimanche 8 avril >
Kadek Krishna Adidharma sur la langue balinaise au Bale Banjar Culture Club
Figure de l’intelligentsia culturelle de Bali, Kadek Krishna Adidharma est déjà bien connu des lecteurs de ce journal (cf. La Gazette de Bali n° 87 – août 2012). Balinais par son père médecin et Néo-Zélandais par sa mère éditrice, il a baigné toute son existence dans un milieu artistique. C’est lui qui avait eu l’idée pour le moins surprenante en 2012 de transformer l’austère et daté hôtel Lakeview de Kintamani en rendez-vous littéraire. Il sera présent cette fois pour disserter sur la langue balinaise dans la société contemporaine, une langue peut-être en danger de disparition aujourd’hui. Avec l’esprit et l’humour qui le caractérisent, Kadek Krishna Adidharma, va permettre à l’audience de cette session d’avril du Bale Banjar Culture Club de voyager dans le « basa Bali » autour du principe selon lequel c’est la culture qui enfante la langue.
Ayodya Bali Resort, Nusa Dua. Tél. (0361) 77 11 02

<Les mercredis et jeudis d’avril >
Des anges et des classiques du cinéma français à BlackBeach
Fidèle à sa programmation de qualité, le resto-cinoche d’Ubud va consacrer ses mercredis et jeudis à des films sur les anges et à des grands films français. Le mercredi 4, ce sera « Wings of Desire », de Wim Wenders, un film qui a marqué les années 80 par sa poésie en noir et blanc, avec Bruno Ganz et Solveig Dommartin. Le 11, « Michael », de Nora Ephron, avec John Travolta et Andie MacDowell. Une des meilleures performances de la star Travolta sur grand écran. Le mercredi 18, « A Life Less Ordinary » de Danny Boyle, avec Cameron Diaz et Ewan McGregor. Kidnappeur et victime vont tomber amoureux l’un de l’autre grâce à deux anges qui veillent sur eux. Le 25 avril, « Angel-A » de Luc Besson, avec Rie Rasmussen et Jamel Debbouze. Un loser au bout du rouleau sauve une créature de rêve de la noyade. Elle va changer sa vie. Les jeudis, embarquons pour le cinéma français avec le 5, « Diva », de Jean-Jacques Beneix, un autre classique des années 80 avec Thuy An Luu et Frédéric Andréi, mais aussi un thriller sophistiqué d’une remarquable esthétique. Le 12, « Cyrano de Bergerac » de Jean-Paul Rappeneau, avec Gérard Depardieu et Anne Brochet. La pièce classique d’Edmond Rostand portée à l’écran. Le 19, « Le dîner de cons », de Francis Weber, avec Jacques Villeret et Thierry Lhermitte. Chaque semaine, Pierre et ses amis invitent le gars le plus stupide qu’on puisse trouver à un dîner. Enfin, le 26 avril, « 8 femmes », de François Ozon, avec Danielle Darrieux et Catherine Deneuve. Dans une maison bourgeoise, le maître de maison est retrouvé mort. Toutes les femmes de la famille ont un secret…
BlackBeach, Jl. Hanoman n°5, Ubud. Tél. (0361) 97 13 53

< Du 1er au 30 avril>
Découvrez les dessins de Rio le musicien à Paradiso Ubud
Aryo Pratomo Aryudono est bien connu des amateurs de musique d’Ubud sous le nom de Rio. On peut le voir partout dans cette petite ville de la culture balinaise et ses environs, le plus souvent avec ses percussions et sa flûte pour participer à des soirées déjantées. Mais Rio n’a pas qu’un talent de musicien, à 25 ans  il est aussi un peintre très inspiré par les paysages de son enfance dans l’ouest de Java. Totalement autodidacte, il maitrise l’encre de Chine et l’aquarelle, griffonne sur des bouts de papier, bref, laisse sa trace partout où il passe, dévoré par une passion d’illustrateur de la vie autour de lui et de l’acuité de son observation de la nature. La technique artistique de Rio est assez stupéfiante quand on sait qu’elle est le résultat d’un travail personnel acharné sans avoir étudié dans aucune institution ou école. Et c’est à Paradiso Ubud que vous pourrez découvrir la créativité et le talent de Rio, sous toutes ses formes, dans tous les formats.
Paradiso Ubud, Jl. Gootama Selatan, Ubud, tél. 085 737 614 050

< 29 avril >
La journée de la danse se fête à Bambu Indah
Le Comité de Danse International (en relation avec l’UNESCO) a instauré en 1982 la journée internationale de la danse. Pour cette occasion, l’artiste multi-talentueuse Tatiana Scali dont nous vous avons parlé le mois dernier se produira à Bambu Indah pour une performance inédite mêlant chant, danse et poésie comme elle l’a fait par le passé au musée Arma ou musée des Masques. Elle sera accompagnée dans son spectacle par quelques musiciens locaux.
Plus d’infos sur l’heure du spectacle et le lieu précis sur notre page FB : Bali-gazette à partir du 25 avril

PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE