Accueil Sports

LE SUCCES DES FRANCAIS AU RINJANI 100, TOUGH MUDDER, COMPETITION DE GOLF

PARTAGER SUR

DEUX FRANÇAIS AUX DEUX PREMIERES PLACES DU 60KM AU « RINJANI 100 »
Les hashers de Bali Vincent Chalias et Laurent Tuffi sont arrivés respectivement 1er et 2ème de l’ultra trail « Rinjani 100 » à Lombok, sur l’épreuve de 60km. Le temps du vainqueur Vincent Chalias est de 16h30mn 18s, celui de son dauphin est de 17h07mn 07s. Les deux champions de la communauté française de Bali nous racontent leur épopée sur cette épreuve réputée la plus difficile d’Indonésie,

avec un dénivelé de 5300m…

La Gazette de Bali : Quel enjeu représentait cette course sur le Rinjani ?
Laurent Tuffi : La seule motivation pour moi est de me faire plaisir. Grands espaces avec peu de monde, ce qui est rare en Indonésie. Finir dans les premiers, c’est sûr, cela fait plaisir, surtout quand on arrive sur le podium avec son pote d’entrainement.
Vincent Chalias : Le Rinjani est une course mythique réputée une des plus dures. Le seul enjeu était de la finir sans finir sur un brancard… Les meilleurs athlètes étaient tous sur le nouveau format de 100 km. C’est pour cela qu’on a la chance d’être sur le podium…

LGdB : Comment la classez-vous en termes de difficulté ?
L T : Course très dure avec beaucoup de dénivelé positif, 5300 m. Il faut être bien sûr prêt physiquement mais surtout mentalement pour pouvoir encaisser les montées et surtout les descentes dans les pierres qui sapent les articulations et le moral. Je mettrais 7 sur 10 sur une échelle de difficulté.
V C : Même réponse que Laurent…

LGdB : Comment vous y êtes-vous préparés ?
V C : 10 000 m de dénivelé par mois pendant plusieurs mois, avec des courses de plus en plus longues mais moins de dénivelé. 25 km, 42 km, 50 km et un 70 km. Aux alentours de 200-250 km de course pas mois. Ce qui n’est pas énorme… Mais cumulé au dénivelé, ça commence à faire…
L T : La préparation se fait pour ma part sur l’Agung. Une fois, deux fois voire trois par semaine. Beaucoup de sacrifices… De plus, course à pied 4 à 5 fois par semaine, entre 40 et 75 km hebdomadaires.

LGdB : La course était-elle bien organisée ? Des surprises de dernière minute ?
V C : La course était très bien organisée par l’administration de Lombok avec police et armée à tous les sommets, les ravitaillements et les marquages étaient très bien. À part la dernière colline qui était un peu trop verticale pour la fin, tout le reste était parfait.
L T : Course bien organisée, les gens commencent à faire les choses correctement, cela fait 3 à 4 ans que des courses similaires sont organisées. C’est d’autant plus difficile que les pentes énormes des volcans permettent un accès uniquement à pied. La logistique est difficile.

LGdB : Comment tout s’est déroulé ? Comme prévu ?
L T : J’avais déjà fait une fois la course il y a deux ans donc je savais à quoi m’attendre plus ou moins. J’étais un peu en retard par rapport à mes estimations de passage aux ravitos mais je me suis retrouvé second après 8 heures de course. Au sommet, à 3760 mètres, j’ai commencé une course poursuite pour essayer de reprendre Vincent qui était premier. 7 heures plus tard, j’ai réussi à combler mon retard mais la dernière montée très dure m’a achevé… J’ai dû stopper pendant au moins 15 minutes, mon pote était trop fort…
V C : La course s’est passée comme prévue, mes temps de passages étaient conformes à ce que j’avais prévu, j’ai même eu le luxe de pouvoir ralentir après 40 km avant de devoir re-accélérer à la fin en voyant Laurent revenir…

LGdB : Etait-ce une fin en soi ou bien une course parmi d’autres ?
L T : C’était une course que l’on peut classer comme un peu exceptionnelle, du fait du dénivelé et de la beauté des lieux, mais elle rentre dans le calendrier annuel des courses de trail running en Indonésie.
V C : C’est la dernière course de l’année… Maintenant repos… Physiquement, mais surtout mentalement, c’est très dur. Il faut se donner du temps pour retrouver la motivation de se lever aux aurores pour aller grimper l’Agung pour la cinquantième fois de l’année…

LGdB : Quelle est la prochaine étape ?
L T : Je viens de faire celle des volcans Arjuno Welirang le 21 août. J’ai terminé second… A long terme, cela serait une très longue course non-stop sur plusieurs jours. Peut-être en Mongolie ou au Mustang, mais c’est une autre histoire.

ON DIRAIT QUE ÇA TE GENE PAS DE MARCHER DANS LA BOUE !
TOUGH MUDDER ARRIVE A BALI…
Le 1er octobre aura lieu à Jimbaran un Sport Tough Mudderévènement sportif de crapahutage et d’endurance connu déjà dans plusieurs pays sous le nom de « Tough Mudder ». Après les Etats-Unis, l’Allemagne, l’Australie, le Canada, le Mexique et le Royaume-Uni, c’est à Bali que se déroulera la prochaine session. Qualifié comme l’une des compétitions les plus éprouvantes au monde par leurs promoteurs, ce défi sportif sert avant tout à tester la force physique et mentale des participants. C’est un parcours d’obstacles dans la boue dessiné sur 16 à 20 km que l’on fait en solo ou en équipe. Dans cette épreuve pas de perdants ou de gagnants, pas de chronomètre ni de prix à la fin du parcours. C’est avant tout une expérience unique d’épreuve sur soi et de souvenirs inoubliables, entre fête foraine et jeux d’Intervilles pour « bouseux coriaces » comme son nom l’indique. Les spectateurs sont aussi bienvenus pour soutenir les courageux participants.
Tough Mudder à Jimbaran Hijau, Jl. Karang Mas Sejahtera, Jimbaran. Inscriptions : 1 495 000rp pour les résidents/2 495 000rp pour les étrangers, www.toughmudder.id

GOLF : AFFUTEZ VOTRE SWING POUR LA BALI NATIONAL NATION’S SPORT Bali national nation cupCUP

Représente ta nation et sois le « best of the best » ! Le 17 septembre prochain verra cette coupe se dérouler au Bali National Golf Club. Une compétition destinée avant tout aux fans de golf et non aux pros et qui rassemble plusieurs nations. Le but est simple, les joueurs d’un même pays forment une équipe. Le score de votre nation est la moyenne de tous les « Stableford Scores » (méthode de décompte des points lors d’une partie de golf) pour tous les joueurs de votre pays. Le pays avec le plus haut score remporte la coupe du Bali National Nation’s Cup. Attention, s’il y a un nombre insuffisant de joueurs par pays, ces joueurs représenteront le « reste du monde ». L’enregistrement des équipes se fera à midi et sera tout de suite suivi par le début de la compétition à 13h. A 18h, les participants pourront se détendre autour d’un dîner avant de recevoir leurs prix à 19h. N’oubliez pas de vous inscrire avant le 14 septembre. Un million et demi de roupies par compétiteur.
Bali National Nation’s Cup, le 17 septembre,
au Bali National Golf Resort, Nusa Dua. Tél. (0361) 771 791. e.reservations@balinational.com,
www.balinational.com

PARTAGER SUR

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here