Accueil Portraits

So Organic : les jeunes pousses d’un business bio et éthique

PARTAGER SUR

Du cheval dans nos lasagnes ? Des OGM plein nos fruits et légumes ? Des édulcorants dans nos yaourts ? Dans l’idéal, s’installer à Bali, c’est aussi et souvent choisir un mode de vie plus healthy. Et pourtant ! On a beau se tourner vers le tempe plutôt que vers les steaks aux antibio, préférer les fruits frais aux snacks trop gras et trop sucrés, combien de produits considérés comme sains s’avèrent loin d’être bio sur notre petit paradis (perdu) ? « Je voulais tout simplement que ma famille et moi-même mangions sainement  », explique Wayan. Mais les restaurants biologiques s’avèrent peu économiques pour ce papa d’un petit garçon de 6 ans. « D’ailleurs, qui nous assure de la provenance des produits et si ceux-ci sont réellement cultivés biologiquement ? », renchérit Andrew. Il y a quelques mois, Wayan est donc allé trouver ce dernier, originaire de Pupuan, qui cultive son propre jardin bio. Très vite, les copains et l’entourage de Wayan veulent aussi profiter de ce bon plan, c’est alors que naît le projet So Organic. L’idée était simplement de créer le lien entre les produits et les consommateurs, le tout, en proposant les fruits, légumes, épices, confitures et autres gâteaux à des prix raisonnables afin qu’Indonésiens comme résidents étrangers puissent y trouver leur compte. Depuis que l’idée a germé dans leur esprit, les deux amis d’enfance organisent leur marché ambulant.

Chaque semaine, ce sont donc environ 70kg de produits qui débarquent dans la zone de Kuta. Tous proviennent de Pupuan où Andrew a grandi. Parmi les denrées, on trouve d’ailleurs les récoltes de son propre jardin ainsi que ses confitures maison. En plus de ce qu’il cultive, Andrew transporte avec lui les fruits et légumes des quelques cultivateurs locaux qui ont bien voulu jouer le jeu. « Si tu débarques en leur disant comment il faut faire, impossible de leur faire changer quoi que ce soit. Alors que si tu travailles de ton côté, à ta façon, ils viennent à toi, regardent ce que tu fais, finissent par te faire confiance et faire comme toi. Mais c’est un processus très lent », explique Andrew, le charmeur de cultivateurs. Bali ; une terre fertile, de la pluie, du soleil, alors pourquoi utiliser des produits chimiques nocifs pour la santé ? Parce que Bali fonctionne par mode. Les monocultures supplantent de plus en plus les pluricultures au profit d’une mode pour la mandarine ou le mini palmier par exemple. Il faut produire vite et bien afin de satisfaire le dernier marché en vogue. Puis, les prix dégringolent et les cultivateurs avec. « En plus, la plupart des notices de ces produits sont écrites seulement en anglais alors que les utilisateurs ne parlent que le balinais ! » Mais au souci écologique d’Andrew et Wayan, s’ajoute une volonté éthique : « Nous achetons les produits des cultivateurs à prix fixes afin qu’ils ne souffrent pas des variations du marché.  »

Après avoir gagné la confiance des producteurs, récolté les quelques kilos de produits frais, il ne reste plus qu’à écouler les stocks. L’histoire de ce petit marché ambulant commence en novembre dernier dans la cour du restaurant Swich Sandwich, qui appartient au frère de Wayan. Chaque semaine, le stand s’établit à l’ombre du jardin de la propriété familiale et accueille quelques curieux et passants séduits par les cakes aux mûres, fruits de la passion acidulés, laitues, feuilles de menthe et rucola bien fraiches. Mais quelques semaines plus tard, l’aventure prend un nouveau tournant à la sortie d’un cours de yoga que suit Suzanna, propriétaire de Biasa + où les garçons vendent leur production. « Séduite, elle nous a fait confiance et nous a proposé d’établir un marché bio dans le jardin de son concept store. » Dès lors, les fruits et légumes de Wayan et Andrew prennent désormais place dans un autre jardin tranquille où il est possible de déjeuner tous les vendredis. Au milieu du maitre sushi, des tartes salées aux épinards et à la feta, du café chaud servi gratuitement et des cookies gluten-free, les garçons voient défiler le beau monde de Seminyak, les néo-hippies, les shoppers piqués de curiosité. Et ça marche ! Le marché grandit, accueille très vite d’autres exposants qui tournent chaque semaine… Mais faute d’un bon conditionnement et d’un lieu de stockage adéquat, il n’est pas rare que les invendus finissent en cadeau pour les copains.

Protéger et stocker les produits afin de pouvoir patienter jusqu’au marché prochain, voilà les étapes vers lesquelles se dirige So Organic. Mais pour pouvoir financer tout cela, il faut vendre et donc se faire connaitre. Jusqu’à maintenant, le bouche à oreille et la communication via les réseaux sociaux ont fonctionné mais ne suffisent pas à écouler les stocks. Travailler avec les patrons de restaurants est une autre option envisagée mais nécessite une production plus importante qu’Andrew ne peut, pour l’instant, pas assurer. « On a encore besoin d’évoluer dans les deux sens, que ce soit du côté de notre production ou de notre communication et de notre expansion  », explique Wayan. Faute de moyens, il manque aussi un élément important aux business des garçons ; une certification. « Faire venir une équipe de spécialistes et leur équipement, leur faire analyser nos produits… Tout cela coûte cher et prend au moins six mois. Aujourd’hui, on ne peut tout simplement pas se le permettre  », avoue Wayan. « Mais si notre volonté était d’être riche, il nous suffirait de récolter des fruits et légumes du coin et de les vendre à des prix exorbitants ! Or, la semaine dernière, on a même perdu de l’argent ! », poursuit Andrew. Pourtant, l’aventure continue. Mais que voulez-vous ? De nos jours, au vu du cynisme ambiant, c’est sûr que travailler pour le bien commun et la défense d’un idéal, cela surprend !

Les produits So Organic sont disponibles chaque mercredi chez Swich Sandwich, Jl. Double Six et tous les vendredis dans le jardin de Biasa +, Jl Raya Seminyak. Facebook : So Organic, courriel : [->soorganicbali@gmail.com]

PARTAGER SUR

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here