SAYANGKU & SAYANGKU

PARTAGER SUR

Mon chéri et moi sommes connus dans notre entourage à Bali sous cette appellation légèrement nunuche mais tellement romantis qui signifie « Mon chéri/Ma chérie » car les téléphones portables se retrouvent parfois mis malencontreusement sur haut-parleur ! C’est ainsi que notre entourage, prenant la bouche en forme de cœur, leur ton le plus velouté ou faisant même mine de hululer au clair de lune, nous appelle désormais sayangkuuu… tous les deux ! Bref, on rigole bien et ça n’irrite mon chéri que parfois et modérément. On ne prononce pas « ku » comme dans « cul » mais « kou », ça fait tout de suite plus mignon.

Et comment je l’ai rencontré, mon sayangku ?

Il y a sept ans exactement ma vie ressemblait à un petit tas de cendres fumant et j’étais sous le coup d’une grosse déprime. Mon mari indonésien s’était volatilisé dans la nature après avoir escroqué des gens. Bon débarras mais bonjour la solitude ! Après un long séjour en France, je suis revenue à Bali fin janvier, en pleine saison des pluies, dans le but éventuel de rassembler mes affaires et de retourner à la case départ. Mon compteur électrique avait été arraché car ma femme de ménage de l’époque avait « omis » de payer les factures avec l’argent que je lui envoyais. Plus de lumière, d’eau, de ventilateurs, de branchement pour l’ordi (ohlala). Plus rien. En attendant qu’on me remette, à une date sans cesse repoussée, un nouveau compteur, je faisais la vaisselle nue sous les averses. Roots, quoi. Et puis voilà qu’un jour a réapparu un beau Javanais au sourire magnifique, un ami de mon ex, avec qui j’avais eu plaisir à jouer de la musique dans le passé. Il a gentiment apporté des seaux d’eau de chez les voisins, m’a ventilé le cœur avec un éventail de papier et s’est glissé dans ma vie.

Ensemble, nous montons peu à peu une petite ferme bio. Sayangku n’a pas son pareil pour attraper et même câliner coqs et poussins… Il est timide et réservé, le contraire de mon ex. On dit toujours qu’il faut éviter de choisir par réaction un partenaire qui est l’autre extrême du précédent car on reste dans les extrêmes mais je n’ai pas vraiment eu le temps de me poser la question ! On parle ensemble un galimatias élaboré d’anglais et d’indonésien car chacun veut practiser la langue de l’autre. Il y a énormément d’amour entre nous, ce qui permet de surmonter un nombre de différences non négligeable dans bien des domaines ! Et, l’air de rien, cela fait sept ans que l’on vit à peu près paisiblement ensemble même si… il exècre cette fête qu’est la Saint-Valentin !

Nancy Causse

PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE