LA RELIGION A L’ORIGINE DE LA VAGUE DE DIPHTÉRIE ?

PARTAGER SUR

Bien que jamais évoquée comme telle dans les médias et les discours officiels, la récente recrudescence des cas de diphtérie en Indonésie serait liée à des facteurs religieux.

Et le fait qu’une quarantaine de personnes soient décédées à cause de cette maladie l’an dernier, dont pour l’essentiel des enfants, peut être attribué à un positionnement délibéré des fondamentalistes musulmans par rapport à la vaccination.

Le gouvernement a donc mis en route des programmes de vaccination de masse dans la foulée de cette soudaine vague de diphtérie, accompagnés d’une communication martelant son absolu nécessité pour le bien-être de la nation, sans toutefois froisser ouvertement les convictions religieuses.

Certaines personnes estiment en effet que la vaccination va à l’encontre de la loi islamique et que les maladies peuvent être évitées avec des ventouses par exemple ou le frottement du dos avec une pièce de monnaie et des huiles essentielles.

Dans ce silence convenu, peu de voix se sont élevées pour pointer le problème en fonction de l’orthodoxie religieuse.

Agustina Kadaristiana, une pédiatre réputée, a pour sa part clairement affirmé que les campagnes des leaders religieux fondamentalistes sabotent l’action sanitaire du gouvernement en sommant les fidèles de ne pas vacciner leurs enfants.

Certains n’hésitent d’ailleurs pas à dire que certains vaccins contiennent de l’ADN de porc pour convaincre les croyants qu’ils sont haram.

Selon la pédiatre, ces imams affirment que suivre la voie du prophète est suffisant.

« Je pense que nous devrions conduire une enquête d’envergure sur ce mouvement anti-vaccination afin de trouver des solutions, et cela devrait impliquer les députés, les chercheurs, les oulémas, les médias et les agences », a-t-elle expliqué.

Dewi Hestyawati, fervente partisane anti-vaccination et qui se désigne comme une activiste de la santé holistique islamiste, affirme qu’elle ne peut pas être tenue pour responsable de la mort de ces enfants non vaccinés.

« Pourquoi devrais-je être tenue pour responsable ? C’est impossible, ma seule responsabilité est envers dieu », explique-t-elle.

« Je trouve cette question bizarre, parce que c’est la décision de dieu de choisir qui va attraper la maladie. C’est la volonté de dieu, nos vies sont entre ses mains », conclut-elle.

Lire aussi :
AUGMENTATION DE 42% DES CAS DE DIPHTÉRIE EN UN AN

SOURCEABC News
PARTAGER SUR

1 COMMENTAIRE

LAISSER UNE RÉPONSE