PREMIER DICTIONNAIRE HÉBREU-INDONÉSIEN

PARTAGER SUR

Un Indonésien musulman vient d’ouvrir le premier cours d’hébreu en Indonésie, un pays qui n’a aucun lien formel avec Israël et où cette langue est généralement perçue comme celle de l’ennemi.

Sapri Sale, a aussi publié l’an passé le premier dictionnaire entre les deux langues. Il explique que ce sont majoritairement les chrétiens qui sont intéressés par ses cours mais il s’attend à ce que les musulmans soient de plus en plus attirés par l’apprentissage de cette langue.

« Mes activités ne sont pas seulement l’enseignement de l’hébreu mais également un effort pour minimiser le stigma négatif qui entoure Israël en Indonésie », a-t-il expliqué au journal The Times of Israël.

« La plupart des Indonésiens ne comprennent pas les vraies circonstances » du conflit Israëlo-palestinien et basent leur sympathie seulement en raison de l’appartenance religieuse, affirme-t-il.

Si bien évidemment la plupart des Indonésiens n’accueillent pas d’un regard favorable cette initiative, Sapri Sale a reçu certains soutiens inattendus, notamment de la part de personnalités religieuses, a-t-il expliqué.

Son but est de construire un pont de communication entre les deux pays, « afin de promouvoir dialogue et compréhension mutuelle ».

Une entreprise culturelle que l’ancien président Abdurrahman Wahid, connu pour ses lumières, n’aurait sans doute pas reniée.

Le mois dernier, il a ouvert deux cours dans les locaux de l’Indonesian Conference on Religion and Peace, en plein Jakarta.

Une vingtaine d’étudiants sont présents lors de deux sessions, les lundis et mercredis, d’une durée d’une heure et demie, avec l’objectif de comprendre l’hébreu de base au bout des huit semaines de cours.

« Mes étudiants sont de différentes sortes, des musulmans, des chrétiens et d’autres, mais surtout des chrétiens », a-t-il dit.

« Je prévois d’avoir de plus en plus d’étudiants musulmans en raison de la similarité entre l’hébreu et l’arabe, faisant de l’hébreu une langue facile à apprendre pour eux », a encore ajouté ce professeur de 52 ans.

Les motivations de ses élèves sont réparties en deux catégories : les curieux d’abord, qui estiment que c’est l’occasion de s’intéresser à une langue et une culture auxquelles ils n’avaient jusqu’ici aucun accès, et de l’autre, les chrétiens qui veulent lire la bible dans sa langue d’origine.

Sapri Sale est né à Palu (Sulawesi) et a grandi à Malang. Il a étudié la tradition islamique dans une école coranique.

En 2006, il a commencé à travaillé sur le premier dictionnaire hébreu-indonésien, qui a été publié une décennie plus tard, fort de 35 000 mots.

Le dictionnaire a été accueilli chaleureusement par des églises, des séminaristes, des étudiants et quatre universités islamiques d’état.

Plusieurs centaines d’exemplaires ont également été distribués aux communautés musulmanes et chrétiennes d’Indonésie.

L’un des imams les plus influents de l’Archipel a également approuvé le dictionnaire et même posé avec pour une photo.

Sapri Sale prépare maintenant deux autres ouvrages, un guide de conversation basique pour les touristes indonésiens en Israël et un livre de grammaire hébraïque.

Sapri Sale n’est allé qu’une fois en Israël.

Il est régulièrement accusé ici d’être un traitre ou un espion par les fondamentalistes musulmans.

Lire aussi :
ARTISTS 4 ISRAEL EN TOURNÉE EN INDONÉSIE POUR LA TOLERANCE
LE MUI APPELLE AU BOYCOTT DES PRODUITS DES ÉTATS-UNIS ET D’ISRAËL
ISRAEL : LA MOBILISATION ANTI-US PREND DE L’AMPLEUR A JAKARTA
MEMOIRE : CELEBRER LES LUMIERES DE GUS DUR
UN MUSÉE AVEC UN HITLER EN CIRE POUR FAIRE DES SELFIES
BLASPHEME : PEINES DE PRISON POUR LES LEADERS DE LA SECTE GAFATAR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE