PLUS D’UN AN DE PRISON REQUIS POUR BLASPHEME

PARTAGER SUR

Les procureurs indonésiens ont exigé une peine de 18 mois de prison pour une femme accusée de blasphème après qu’elle se soit plainte du volume des haut-parleurs d’une mosquée.

L’accusée d’origine chinoise, Meiliana, 44 ans, a été arrêtée le 18 mai, environ deux ans après le déclenchement d’une émeute à Tanjung Balai, une ville portuaire du nord de l’île de Sumatra.

Un porte-parole du bureau du procureur local, Sumanggar Siagian, a déclaré mardi que la demande de condamnation de Meiliana a été faite au tribunal de district de Medan, la capitale de la province, lundi.

Les procureurs ont déclaré que l’accusé avait violé le code pénal indonésien en blasphémant contre l’islam, la religion dominante en Indonésie.

Des foules ont brûlé et saccagé au moins 14 temples bouddhistes dans tout Tanjung Balai lors d’une émeute en juillet 2016 après l’annonce de la plainte de Meiliana.

La police a arrêté plus d’une douzaine de suspects, mais seulement deux d’entre eux ont été accusés d’être les instigateurs de la violence.

L’avocate de Meiliana, Rantau Sibarani, a déclaré qu’il n’y avait aucune preuve claire qu’elle avait commis un blasphème.

« Cette affaire semble être très forcée », a déclaré l’avocat. « Ce n’est que pour accomplir la volonté du peuple. »

Le juge président Wahyu Prasetyo Wibowo a déclaré que le procès reprendra jeudi et que les avocats de l’accusé présenteront leurs plaidoiries finales.

 

 

SOURCEJAKARTA POST
PARTAGER SUR

1 COMMENTAIRE

  1. !!!!!!!!!!!!!!!!!!! Dingues, ils sont dingues … Dans tous les autres pays musulmans, même les moins  » fun « , c’est un sujet qui est abordé librement … L’Indonésie patauge dans l’obscurantisme …

LAISSER UNE RÉPONSE