Accueil Bornéo

Plongée en forêt primaire dans le parc national de Tanjung Puting

PARTAGER SUR

La première fois, il faut se frotter les yeux pour y croire. Allongé sur la banquette de notre « hôtel-restaurant flottant », bercé par le bruit lancinant du moteur, on remarque à peine la silhouette rousse au milieu des arbres. Mais si, c’est bien ça : une femelle orang-outan nous dévisage depuis l’autre rive. Visiblement pas étonnée. Bienvenue dans le parc national de Tanjung Puting, dans le sud-ouest de l’île de Bornéo. L’un des seuls endroits au monde où les orangs-outans peuvent être observés dans leur milieu naturel. Un patrimoine exceptionnel dans un cadre exceptionnel.

Tout débute au petit aéroport de Pangkalan Bun (un vol quotidien depuis Jakarta). De là, il faut rejoindre la petite ville de Kumai, à 20 minutes de voiture et monter à bord d’un kelotok, un bateau à moteur d’environ six mètres qui embarque les voyageurs sur les eaux sombres de la rivière Sekonyer. Le parc national de Tanjung Puting (400 000 hectares) n’est accessible que par voie fluviale. Ce qui donne tout son charme au séjour. Depuis le bateau, les gibbons, macaques et autres nasiques assurent le spectacle. Mais la star incontestée de ces contrées reste l’orang-outan. Sur les rives ou au détour des chemins tracés dans la jungle, il est facile de l’observer dans son milieu naturel. Après vingt minutes de marche sur un sentier, au milieu d’une nature luxuriante, le visiteur découvre un premier « feeding point » sur les trois que compte le parc. Ici, des rangers distribuent aux animaux des bananes et du lait sur des plateformes suspendues. Le parc compterait autour de 4000 grands singes dont 140 d’entre eux intégrés dans des programmes de réhabilitation. Autrefois animaux de compagnie, ils ont été récupérés et replacés dans la forêt. Ou eux-mêmes enfants d’orangs-outans en réhabilitation, ils se sont habitués à ces plateformes. Même si le « feeding » se fait tous les jours, à heure fixe, les animaux sont irréguliers dans leur passage. Ils n’en dépendent pas. Pour le visiteur, c’est l’occasion d’observer ces spectaculaires primates de plus près. Les mâles peuvent mesurer 1,40 mètre et peser de 60 à 100 kilos. Plus menues, les femelles atteignent 1,15 mètre et pèsent jusqu’à 50 kilos.
A Camp Leakey, le centre de recherches créé par Birute Mary Galdikas (ndlr – voir encadré), Tom, un des mâles dominants (on les reconnaît à leurs larges joues noires) n’est pas content. Des plaies purulentes lui barrent le cou et le crâne. Il vient de se bagarrer une nouvelle fois avec un congénère qui menace de le détrôner. Habitué à la présence humaine, il n’hésite pas à passer à quelques mètres des visiteurs immobiles. Un peu plus loin, une femelle se promène, son bébé bien accroché  à son ventre. Dans le centre de documentation qui fait office de musée, les histoires de famille de ces grands singes se suivent d’une génération à l’autre.

Se rendre à Tanjung Puting n’est pas une visite de tout repos. Les amoureux des voyages de luxe et autres hôtels quatre étoiles climatisés passeront leur chemin. Ici, il faut « mouiller sa chemise » pour voir la nature de près. La chaleur écrasante dans la jungle rend le voyage épuisant. Dans cette zone infestée de moustiques, il est conseillé de prendre un traitement antipaludéen. Pour couronner le tout, les eaux de la rivière sont infestés de crocodiles invisibles. Des habitants de la région et quelques touristes, paraît-il, en ont fait les frais… Vous êtes prévenus. Hormis ces petits désagréments, un voyage de trois jours dans cette zone isolée est inoubliable. Des « lodges » existent dans le parc et certains disposent de la climatisation. Mais si vous voulez vraiment vivre l’aventure au cœur de cette forêt primaire, vous réveiller avec le soleil aux cris des singes et être bercé par le chant de milliers d’insectes, la nuit à bord d’un kelotok s’impose. Quatre hommes d’équipage se chargent de votre confort. Ils préparent les trois repas quotidiens. A l’heure du coucher, ils vous installent votre lit sous des moustiquaires. A l’arrière du bateau, un cabinet de toilette permet de se doucher en plein air. Inoubliable !

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here