PÉNURIE D’ANTIRETROVIRAUX EN INDONESIE

PARTAGER SUR

Au moins 29 hôpitaux et centres de santé en Indonésie ont épuisé leurs stocks d’un type spécifique de médicaments antirétroviraux à dose fixe (ARV). « Il est connu sous le nom de TLE, combinaison de Ténofovir, Lamivudine et Efavirens », a déclaré Aditya Wardhana de la Coalition indonésienne contre le sida, une organisation non gouvernementale.

Le TLE est le médicament le plus utilisé par les personnes vivant avec le VIH en Indonésie. Environ 48 000 personnes, soit 42 % des personnes vivant avec le SIDA, ont recours aux TLE.

Le Ministère de la Santé s’est efforcé de rassurer les patients séropositifs. Des femmes, pour la plupart des mères infectées par le virus du SIDA dans tout l’archipel, ont fait part de leurs préoccupations après avoir appris que le pays était à court du médicament.

Le ministère de la Santé a confirmé qu’un appel d’offres pour l’achat de certains médicaments antirétroviraux avait échoué l’an dernier, mais il a déclaré avoir importé une partie des TLE par l’intermédiaire du Fonds mondial de la lutte contre le SIDA, la tuberculose et la malaria.

La Coalition indonésienne contre le SIDA a tout de même appelé à davantage d’achats d’urgence via le fonds et a exhorté le président Joko Widodo à intervenir.

Selon les données du ministère de la Santé, plus de 300 000 patients du pays ont eu recours à des doses antirétrovirales l’an dernier. La prise régulière de TLE est considérée comme le traitement le plus efficace pour réduire la charge virale du VIH dans l’organisme à un niveau indétectable.

Engko Sosialine Magdalene, directeur général des produits pharmaceutiques et des dispositifs médicaux au ministère, a déclaré que le pays dispose de suffisamment de médicaments antirétroviraux à dose fixe pour tenir jusqu’en mai.

« Un appel d’offres sera lancé le mois prochain, de sorte qu’il n’aura pas d’impact sur nos stocks », a déclaré M. Engko.

 

 

 

SOURCEreuters
PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE