oBIKE, LA BICYCLETTE EN PARTAGE ARRIVE A BALI

PARTAGER SUR

La startup singapourienne oBike a lancé un service de vélib’ à Bandung en décembre dernier et a annoncé que Bali allait en bénéficier dans certains endroits.

oBike devient ainsi la première plateforme de partage de bicyclettes sans borne à pénétrer le marché indonésien, la plus grosse économie du Sud-Est asiatique.

Seules les localités de Kuta, Seminyak et Legian vont bénéficier de ce lancement dans un premier temps. Le service sera bientôt disponible dans les autres grandes villes indonésiennes, a indiqué la compagnie.

Pour ce lancement à Bandung, oBike s’est associé avec divers partenaires locaux comme le gouvernement municipal, l’association des hôtels de la ville (IHGMA) et l’ONG EcoTransport qui encourage les moyens de déplacement écologiques.

Le directeur d’oBike pour l’Indonésie, William Tanuwijaya a expliqué que ce service de partage de vélos va donner aux résidents de Bandung et aux Balinais « un moyen alternatif de circuler de la maison au travail, à l’école et aux arrêts des transports publiques. »

« C’est un vélo amusant à conduire », a-t-il ajouté.

« Nous avons développé oBike afin de fournir une solution de déplacement durable et pratique sur les distances courtes, et en même temps permettant d’embrasser un mode de vie plus sain et aussi de soutenir les objectifs gouvernementaux de réduction des émissions carbones », a-t-il précisé.

L’utilisation d’une oBike coute 4000rp pour la demi-heure.

Pour le lancement, chaque nouvel utilisateur va se voir offrir trois déplacements gratuits.

Au sujet du peu de goût des Indonésiens pour la bicyclette, considérée comme un véhicule de pauvre, et de leur amour inconsidéré pour le deux-roues à moteur, le directeur a répondu : « oBike est un complément qui va améliorer la façon dont les Indonésiens se déplacent et fournir une option flexible et durable pour l’amélioration du trafic. »

Il rappelle que Jakarta est la 22ème ville la plus embouteillée au monde.

« En ayant de plus en plus de gens qui passent à Obike, nous contribuerons effectivement au développement de villes conscientes de l’environnement et de la nécessité de diminuer le nombre des voitures », a-t-il encore ajouté.

Une des priorités d’oBike en Indonésie est d’éduquer les citoyens aux vélos en partage afin que l’entreprise puisse « construire un réseau durable de transport publique » dans les villes où elle s’établit.

L’Indonésie est un des plus gros pollueurs au monde et a promis de réduire la croissance de ces émissions carbone d’au moins 29% d’ici 2030.

En même temps, jamais les marchés des voitures et deux-roues n’ont été aussi florissants que ces dernières années dans dans un pays où ce secteur économique est considéré comme une priorité et où une classe moyenne sans cesse croissante rêve bien évidemment d’automobile pour exprimer son nouveau statut social.

Lire aussi :
APRÈS JAKARTA, 3 NOUVEAUX TRAINS D’AÉROPORT PRÉVUS EN 2018
OJESY : LE MOTO-TAXI ISLAMIQUE POUR LES INDONÉSIENNES
BOUM DES VÉHICULES ILLÉGAUX EN INDONÉSIE

SOURCETODAYonline
PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE