Naomi Mcdougall: danser sous les projecteurs de Bali

PARTAGER SUR

Après avoir sillonné les nuits du monde entier en tant que danseuse, Naomi débarque à Bali en 2012. Aujourd’hui, même si elle est avant tout professeure de Zumba à ES Studio, cette Australienne reste une artiste et continue de se produire devant les noctambules de Charlie et du KU DE TA. Interview…

Danser en public, c’est ton truc ?

Oui, car c’est exaltant, stimulant ! « Est-ce que tu vas te rappeler de ta choré, est-ce que tu vas réussir à faire une belle performance, est-ce que tu risques de tomber devant ton public… » Ce sont des questions bêtes mais que tous les danseurs se posent ! Parfois c’est même terrifiant, mais c’est ce challenge qui me permet de me sentir accomplie. Le problème c’est qu’à Bali, la danse est rarement prise au sérieux et on est souvent mal considéré.

Danser la nuit, ça apporte quoi de plus ?

Se produire dans un club, c’est jouer avec les spots, la lumière. C’est aussi une atmosphère différente, moins fun, moins détendue, plus professionnelle finalement… Tu es là pour bosser. Mais tu as aussi l’opportunité de rencontrer plein de gens, de voyager… C’est grâce à la danse que je suis arrivée à Bali. C’est ici que j’ai rencontré l’amour, que je me suis installée.

Est-ce que c’est mener une double-vie ?

Évidemment ! Quand j’étais plus jeune, je ne sortais que très peu le jour. Le plus difficile c’est le côté superficiel que l’on retrouve dans le monde de la nuit, peu importe où tu travailles. Aujourd’hui, je suis aussi professeur de Zumba, cela me permet d’être entourée de personnes beaucoup plus vraies, plus saines et posées. Même si j’avoue avoir passé des moments inoubliables à l’époque et que je ne regrette absolument rien !

Retrouvez Naomi au ES Studio, Jl. Pantai Berawa n°8, Canggu. Tél. (0361) 8342998 Facebook: ES Studio Bali « Dance and Wellness Club »

PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE