Marshello (Lolot Aryafara): un missionnaire au message rock

PARTAGER SUR

Bercé au son des fifties de l’hôtel où travaillaient ses grands-parents et ses parents, Marshello est un enfant du rock. Issu d’une famille pieuse, l’église est sa première scène. Depuis, Marshello ne cesse d’enfiler le costume du personnage qu’il a créé gamin, au rythme du gospel et du rockabilly. Aujourd’hui, avec son groupe The Hydrant, il répand la bonne parole d’Elvis à travers Bali. Transe garantie.

Elvis, c’est qui pour toi ?

Mon seul « King », c’est ma fille. Mais Elvis est un « rock hero », un vrai mentor. Sur scène, il n’avait aucun ego, seulement du respect pour son public avec qui il se connectait. Tout ce qu’il faisait, c’était pour ses fans, pour les divertir, pour les rendre heureux. Il se donnait totalement aux autres. C’est ce que j’essaye de faire, que je chante pour ma fille, sur la plage, ou sur scène avec le groupe. Le monde est mon public. Ma mission est de répandre son esprit, sa musique.

Et ça marche, tu es programmé partout à Bali ! Comment tu l’expliques ?

Quand on a commencé en 2004, notre album a fait un flop. L’Indonésie n’était pas prête. On a connu le succès en Europe où les gens étaient réceptifs au rockabilly. Et puis en 2012, les mecs de Jakarta, Surabaya, Jogja, ont commencé à s’inspirer de notre style, même s’ils n’avoueront jamais que leurs cheveux gominés et leur jean retroussé viennent de Bali, un style que j’ai adopté depuis que je suis tout petit. A ce moment, je rêvais de faire partie de cette époque, je me fabriquais même mes propres fringues ! Depuis, on a explosé. Et on est très reconnaissant.

Si un châtiment t’obligeait à chanter une seule chanson, à vie. Laquelle tu choisis ?

« Jalan Jalan », une chanson que j’ai composée et qui parle de l’importance de marcher. Pas simplement pour rester en forme, hein ? Mais pour ne jamais t’asseoir sur ta vie, pour que jamais tu ne restes immobile. Mais rien ne m’obligera jamais à arrêter de chanter un jour. Petit, je passais des heures à faire le show dans ma salle de bain, à concevoir mon personnage, et demain qui sait ? Je serai peut-être chanteur au foyer.

Retrouvez The Hydrant tous les jeudis au Salty Seagull, Jl. Petitenget, Seminyak ou sur Facebook : The Hydrant.

PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE