L’épidémie de coronavirus 2019-nCoV //Affaire à suivre

PARTAGER SUR

_________________ UPDATE 24/01/2020

  • En Chine, le virus a déjà fait 25 morts et a infecté plus de 900 personnes dans le monde.
  • L’aéroport de Wuhan sera fermé jusqu’au 2 février.
  • Un Indonésien âgé de 35 ans aurait contracté le coronavirus. Il est actuellement hospitalisé à l’hôpital Sulianti Saroso de Jakarta. L’infection sera confirmée ou infirmée dans deux jours, après obtention des résultats d’examens. Un autre patient y serait également en observation.
  • Trois touristes (1 adulte et 2 enfants) en visite à Bali ont été mis en observation à l’hôpital RSUP de Denpasar, car ils présentaient certains symptômes du virus. Mais leur fièvre diminue. Le corps médical est en attente des résultats d’analyses (envoyés à Jakarta).
  • L’hôpital RSUP de Denpasar a mis en place des salles de quarantaine et dispose de spécialistes.

_________________ UPDATE 23/01/2020

  • Le bilan atteint 17 morts.
  • Le virus aurait pour origine un serpent (Affaire à suivre)


    __________________ UPDATE 22/01/2020

La Chine déclare officiellement 9 morts et 400 personnes contaminées par ce nouveau virus mystérieux dans 13 provinces et municipalités. Le virus appelé 2019-nCoV aurait pour origine le marché de fruits de mer de Wuhan dans lequel des transactions illégales d’animaux sauvages auraient eu lieu. La ville chinoise de Wuhan, point de départ de l’épidémie, appelle les visiteurs à rester à l’écart de la commune qui a même annulé les célébrations du jour de l’An chinois.

Des millions de personnes voyagent actuellement – en Chine et dans le monde – en vue des célébrations du nouvel an chinois, participant ainsi à la propagation du virus. Des moyens de désinfection et de ventilation des transports et lieux publics ont été mis en place, en plus des scanners thermiques.
Les Etats-Unis et la Corée du Sud ont annoncé avoir détecté leur 1er cas d’infection à ce virus.

En Indonésie, pas de victime du virus. Le directeur général du contrôle et de la prévention des maladies du ministère de la Santé, Anung Sugihartono, a déclaré que le ministère avait publié un avis aux voyageurs souhaitant se rendre dans les pays touchés. « Il n’y a pas d’interdiction de voyager en Chine, seulement un avis aux voyageurs. Nous accueillons toujours les touristes de Chine et autorisons les gens à y voyager. Toutefois, nous avons accru notre vigilance à l’égard du virus », a-t-il déclaré. 
Il a ajouté que le ministère a rendu obligatoire pour tous les voyageurs arrivant de Chine de remplir un HAC (health alert cards). « Une fois arrivés dans les ports, ils recevront un formulaire HAC jaune qui devra être rempli avec des informations sur leur identité. Les voyageurs doivent conserver les cartes pendant environ une ou deux semaines, et s’ils présentent des symptômes du virus, ils peuvent les montrer aux autorités sanitaires », a-t-il déclaré.   Les autorités indonésiennes ont indiqué que les 135 points d’entrée du pays (ports et aéroports) ont été équipés de ces scanners thermiques. Dont 2 à l’aéroport de Bali.

__________UPDATE 21/01/20

Le nouveau virus découvert en Chine est transmissible entre humains (autorités sanitaires).
6 morts en Chine

________________UPDATE 19/01/20

Trois morts en Chine.
Les autorités chinoises reconnaissent 45 cas mais des chercheurs de l’Imperial Collège (Londres) ont calculé qu’il s’agit plutôt de centaines de personnes qui ont dû être infectées à Wuhan.
Le “Centre for Global Infectious Disease Analysis ” (consultant pour l’O.M.S) avance que 1723 cas de patients ont présenté la survenue des symptômes de la maladies depuis le 12 janvier.
_____________
RAPPEL des faits
Le gouvernement intensifie ses efforts pour empêcher qu’un mystérieux virus semblable au syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), identifié pour la première fois en Chine, n’entre en Indonésie. La Thaïlande voisine ayant été le premier pays à enregistrer une épidémie. 

Les autorités thaïlandaises ont confirmé qu’un voyageur chinois dans le pays avait été diagnostiqué le 8 janvier avec une pneumonie légère, qui s’est révélée plus tard avoir été causée par le même nouveau coronavirus identifié pour la première fois chez un patient atteint de pneumonie dans la ville chinoise de Wuhan en décembre 2019, a rapporté l’AFP.

Le directeur général du contrôle et de la prévention des maladies au ministère indonésien de la Santé, Anung Sugihantono, a déclaré que le ministère avait anticipé l’épidémie, notamment en renforçant les efforts de prévention et de détection aux points d’entrée dans tout le pays.

Les ports et les aéroports du pays ont installé des scanners thermiques pour surveiller les personnes entrant dans le pays suite à la recommandation du ministère émise le 5 janvier, car la fièvre est l’un des symptômes courants du coronavirus.

« Pour l’instant, il n’est pas nécessaire de mettre en place un avertissement aux voyageurs pour la Chine, nous suivons les consignes de l’Organisation Mondiale de la Santé, qui n’a pas émis d’avis », a déclaré Anung. 

Le nouveau coronavirus, qui appartient à une grande famille de virus qui causent des maladies allant du rhume à la maladie mortelle du SRAS, a infecté 41 personnes et en a tué une en Chine, a rapporté l’AFP, ajoutant que les autorités de Wuhan avaient identifié un marché de fruits de mer dans la ville comme étant le centre de l’épidémie. Rien n’indique, pour le moment que le virus puisse se transmette d’homme à homme.

En novembre de l’année dernière, 147 500 touristes chinois sont entrés dans l’archipel, selon les données de Statistics Indonesia. Le ministère du Tourisme et de l’Économie escompte accueillir environ 200 000 visiteurs chinois pour le Nouvel An chinois, qui tombe le 25 janvier cette année. La vigilance reste donc de mise. 

PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE