Les djinns SDF…

PARTAGER SUR

La vie me paraissait déjà assez complexe lorsque je ne prenais en compte que le monde visible mais il semblerait qu’à Bali le monde invisible me tende aussi la main…c’est le cas de le dire !

La dernière fois que j’étais en France, Yoyok, mon Javanais de chéri, me téléphone pour me raconter que la veille, en pleine nuit, il a entendu frapper sur la fenêtre ouverte de notre bungalow. Il s’est emparé du grand coutelas que nous cachons dans un coin car ici appeler la police, c’est généralement un coup de kris dans l’eau. Mais il n’y avait personne alors il s’est recouché.

Et là, dans son demi-sommeil, sont apparus les bras d’un vieillard à la peau écailleuse et terminés par des mains noueuses approchant dangereusement du cou de mon pauvre chéri… qui s’est réveillé !

Je demande à Yoyok si ce vieillard avait de longs ongles jaunâtres. « Mais oui ! Comment le sais-tu ?! ».

Avant Nyepi, une nuit où je dormais seule, moi aussi j’ai eu une
apparition : une main vieille et écailleuse avec de très longs ongles jaunes. Il m’a touché le bras. Je n’ai pas attendu de savoir ce qu’il voulait et me suis réveillée en criant. Je ne te l’avais pas raconté pour ne pas te faire peur … ».

Comme il s’agit d’un univers nouveau où je ne me sens pas encore comme un poisson dans l’eau j’ai interrogé des locaux. Pour les Balinais ça coule de source : on habite au bord d’une rivière et les esprits y sont très puissants. De plus, tous les arbres viennent d’y être coupés par le banjar, ça doit faire un paquet de malheureux qui errent ! Et surtout, après avoir fait construire ce bungalow, on l’a habité en omettant de faire une cérémonie pour demander aux esprits la permission de s’installer sur leur territoire !

Un voisin nous a cependant assuré qu’il suffirait de déposer des bonbons sur l’autel devant notre maison pour les amadouer ! Je ne connais que les Balinais pour être aussi candides !

Yoyok, lui, se reproche d’avoir abandonné notre terrain plusieurs semaines car il avait profité de mon absence pour aller à Java : qui va à la chasse perd sa place ! En outre, si un jardin n’est pas suffisamment éclairé toute la nuit (bonjour les factures d’électricité) il ne faut pas s’étonner que des djinns rappliquent !

Du coup, on a fait une cérémonie religieuse pour prier ces pauvres esprits SDF d’aller voir encore ailleurs si on y était.

La nature c’est beau mais, désormais, je comprends mieux les gens qui préfèrent vivre dans un cube de béton avec des klaxons comme bruit de fond. Ou que certains rêvent d’une vie comme un long fleuve tranquille où il ne se passe surtout rien…

Nancy Causse

PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE