LE TERME « PRIBUMI » (AUTOCHTONE) : UN MYTHE…

PARTAGER SUR

Depuis des générations, les Indonésiens discutent de la différence entre les pribumi, ou Indonésiens autochtones, et les « non-pribumi ». Terme historiquement utilisé pour distinguer ceux dont les racines ancestrales proviennent de l’archipel de ceux d’origine « étrangère ».

Cependant, la science suggère qu’aucun Indonésien n’est vraiment indigène, car de nouvelles recherches sur la cartographie généalogique ont révélé que les Indonésiens ont des racines ancestrales mixtes et des origines géographiques différentes dans leur ADN.

L’étude, menée en collaboration avec le magazine Historia et le ministère de l’Éducation et de la Culture de juillet à septembre, a prélevé des échantillons d’ADN de 16 indonésiens issus d’îles différentes pour une série de tests.

Selon l’étude, tous les répondants avaient au moins deux traces de gènes de différents groupes ethniques du monde, gène d’Afrique du Nord, gène du Moyen-Orient ou encore d’Asie du Sud. 

« Il y a environ 100 000 à 150 000 ans, Homo sapiens s’est lancé pour la première fois dans un long voyage à travers le monde. Tout au long de ce voyage, leur corps a changé pour s’adapter aux conditions des lieux où ils se sont rendus. C’est ce qui fait que nos apparences sont si diverses », explique Herawat Supolo Sudoyo, adjoint à la recherche fondamentale à l’Institut Eijkman de biologie moléculaire. Les Indonésiens ont des groupements génétiques mixtes grâce aux vagues de migration de l’Homo sapiens vers Nusantara, l’ancien terme pour l’Asie du Sud-Est, il y a environ 50 000 ans.

Avec ses collègues de l’Institut Eijkman, Herawati a également mené des recherches pour remonter la trace des ancêtres des Indonésiens à partir de la génétique. 6 000 échantillons d’ADN provenant de tout le pays ont ainsi été recueilli et analysé. 

Dans son article publié dans The Conversation en octobre 2017, Herawati indique qu’ils ont testé le chromosome Y (hérité des pères) ainsi que les mitochondries (héritées des mères) d’environ 3 700 personnes de 35 groupes ethniques. Ils ont trouvé dans la partie occidentale de l’Indonésie des traces génétiques de personnes ayant des ancêtres communs qui étaient « pour la plupart des locuteurs de langues austronésiennes, parlées en Asie du Sud-Est, à Madagascar et dans les îles Pacifique ». Ce qui confirme la thèse que le peuple indonésien est un mélange de différents groupes d’humains, écrit Herawati dans l’article.

La rédactrice en chef de Historia, Bonnie Triawan, a déclaré que la nouvelle étude publiée sur la cartographie généalogique montrait donc que perpétuer la dichotomie entre pribumi et non-pribumi n’avait aucun sens puisque les ancêtres des Indonésiens d’aujourd’hui « viennent de diverses origines ethniques et raciales ».

Le terme pribumi a été inventé à l’origine dans le cadre d’une classification raciale à trois niveaux à l’époque coloniale néerlandaise, qui plaçait les Indonésiens autochtones en dessous des races européennes et « orientales étrangères », comme les Chinois, les Arabes et les Indiens.

SOURCEjakarta post
PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE