La peinture corporelle comme thérapie

PARTAGER SUR

Yaarirom est un drôle de Gentilhomme. Artiste fameux et fantasque, il réside depuis de nombreuses années à Ubud. Américain de souche mais surtout homme du monde entier, il pratique le « Body-Painting », peint sur les corps humains, et leur enseigne à se peindre l’un l’autre, ce qu‘il considère comme une réelle thérapie. Il pratique cela avec succès depuis déjà quarante ans :  « Les gens relâchent tant d’émotions et de souffrances en le faisant. C’est un miracle et une vraie experience de guérison», dit-il. 

Un jour du mois dernier, je l’accompagnai spontanément pour assister et témoigner d‘une session avec trois femmes atteintes de cancer du sein. Australiennes et une Néo-zélandaise ancrée en Australie, elles sont venues courageusement, novices, tenter l’expérience dans la joie. D’abord embarassées et pudiques, le miracle et le jeu s’opérèrent peu à peu. 

Elles ôtent les vêtements sur le haut de leur corps et gardent leggings ou sarong./Yaari s ‘approche avec ses pots de peinture spécial pour le corps , couleurs vives et presque fluo, inoffensives ( non- toxiques ) qui s’enlèvent à l’eau ….et pinceaux , commence à peindre le visage de l’une, le dos de l’autre ….le cou, un bras…peu à peu je m’y mets et continue … un autre bras, un début de sein, une cheville …..Elles commencent à se décontracter et les pots s’échangent sur un plateau, les pinceaux tournent …elles se peignent l’une l’autre en s’amusant comme des enfants …un sein, le dos, la joue ….etc ….jusqu’à couvrir peu à peu toutes les parties apparentes…toutes bariolées. 

Sue a presque soixante ans, elle est radieuse et se bat contre son cancer depuis presque vingt ans, lorsqu‘elle était une toute jeune maman …

Rebecca est encore très jeune, l’a découvert un triste matin à trente-cinq ans. Elle a subi déjà tous ces lourds traitements comme ses consœurs, et a appris un peu trop jeune « comme la vie pouvait basculer si vite », et à lui dire « OUI » quoi qu’il arrive …

Janelle, elle, a soixante-deux ans maintenant, la maladie s’est déclarée à trente-sept ans puis à nouveau et à nouveau … Deux opérations, puis mastectomie et encore des épreuves… leucémie et un nombre fou d’heures de chimiothérapie. Elle continue d’embrasser la Vie. Pendant le processus , Yaari vient parler de son expérience de guérison avec d’autres. Quelques questions,  de la bonne humeur … jusqu’au bout .

Elles. Ce qu’elles cherchent ?Joie, réconfort, expérience, lâcher prise, partage. Elles y croient .Ce qu’elles ont trouvé: Une libération par rapport à ce traumatisme et leur pudeur.Partage et lucidité. Joie. Amusement, légèreté et libération d’émotions emprisonnées . 

Toutes ces survivantes de cancer se connaissent depuis 2014, dans le cadre des activités sportives de l’association « breast cancer paddling – Dragon boating » .

Elles pédalent ensemble dans toutes les mers du Globe et, à l‘unisson, dans un soutien réciproque et magnifique, vont au bout vaincre leur maladie … ! 

Tatiana Scali

PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE