La fin des dinosaures ?

PARTAGER SUR

Tonnerre de Zeus ! La night est en émoi alors que Jenja a décidé de jeter l’éponge ! Ce club était le tyrannosaure rex de Bali. Celui qui faisait la pluie et le beau temps : entre Moïse et Mussolini, version Jakarta. Mais comme trop de règles tuent les règles, il aurait fallu stopper l’hémorragie. Dress codes contraignants, 5 millions de rupiah de conso minimum pour pouvoir s’assoir, accueil infecte par des hôtesses en talons aiguilles pétant plus haut que leur cul, prix d’entrée prohibitifs : l’arrogance dans son expression la plus divine ! Et c’est ce mépris qui a renvoyé la clientèle dans les bras des Red Ruby, Vault ou Lost City. Sur une île tropicale, les gens arrivent de la plage et veulent s’amuser sans contraintes. Même les riches chinois sortent en sandales Crocs ! Et à l’heure où le panier moyen de la ménagère est en chute libre, un peu de souplesse n’aurait pas fait de mal. Mais comme certains managers ont la mémoire proche de celle des poissons rouges, apprendre de ses erreurs est mission impossible. Malheureusement, Jenja était synonyme de musique de qualité et de DJ’s internationaux de renom, que nous ne pourrons plus voir que dans des beach clubs m’as-tu-vu ou des hôtels 5 étoiles aseptisés. L’immense succès de la soirée de clôture, donnera des regrets à tout le monde. Mais à moins d’ériger la fermeture en concept et de proposer une “closing party” toutes les semaines, il faut bien avouer que les carottes sont cuites. Nous assistons, perplexes, à la fin d’une ère. Rajeunissement du public, baisse du tourisme, multiplication des établissements, “H&M-isation” des masses, entre moutons et mollusques. Combien de temps un mastodonte comme Mirror et son look de cathédrale pourra-t-il survivre, avec sa population de non-fêtards jakartanais, uniquement présents pour immortaliser le moment sur Instagram ? Va-t-il falloir y installer la débile balançoire à photos, comme sur tous les sites touristiques, afin de pérenniser le lieu ? Le mystère reste complet et les voies du Seigneur, tout comme les idiotes à selfies, impénétrables! Preuve que les Oracles annoncent du changement, Skygarden, chercherait à réhausser son image et à servir autre-chose que cette musique innommable. L’idée serait d’y attirer de nouveau une meilleure clientèle, comme à ses débuts, plutôt que ses actuels porcelets fauchés, rôtis au soleil et servis à la sauce Bintang. Une noble idée mais une sacrée tâche (comme ses DJ’s), proche des douze travaux d’Hercule. En parlant de diplodocus, chers amis seniors, 707 vous propose le Dimanche des sunsets “Jurassic park” accessibles avec votre carte vermeil. Un bon moyen de faire un peu d’exercice en plein air, tout en rentrant à temps pour le Scrabble du soir. Un moment de détente sous les meilleures auspices ! Mais trêve de méchancetés, ce sont les dancefloors les plus enthousiastes de l’île. C’est dans les vieux pots qu’on fait la meilleure confiture ! Remarquons aussi la bonne santé du brontosaure Old Man’s à Batubolong !
En effet, le vieil homme est plus frais que jamais et sa fréquentation ne cesse de croître, même si qualitativement on est loin du Nirvana !
Si les Dieux ne sont pas encore totalement tombés sur la tête, n’attendons pas trop de miracles venant du ciel : ce lieu de délices que l’on dit être le Paradis et d’où nous arrivent aussi la pluie, la foudre, la grêle et les bombes!

PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE