JOKOWI RECULE SUR LE PROJET DE LOI MODIFIANT LE CODE PÉNAL

PARTAGER SUR

Le président Joko « Jokowi » Widodo a appelé vendredi la Chambre des représentants à suspendre les délibérations sur le projet de loi du Code pénal, invoquant les inquiétudes du public au sujet de certains articles controversés.

Dans sa déclaration Jokowi a ainsi déclaré qu’il n’avait cessé de s’enquérir des préoccupations de la vox populi qui a exprimé des objections sur certains articles du projet de loi et qu’il convenait que les révisions proposées soient « examinées en profondeur ». « J’ai ordonné au Ministère de la Justice et des Droits de l’homme de faire connaître à la Chambre ma position, à savoir que l’adoption du projet de loi sur le Code pénal devrait être reportée », a-t-il ajouté.

Au cours des dernières semaines, cette révision par la Chambre des représentants a fait l’objet de réactions négatives du grand public mais aussi de certains organismes privés internationaux (notamment australiens) inquiets de l’impact sur les libertés individuelles et le tourisme. De nombreux universitaires et organisations de la société civile ainsi que d’étudiants ont également soutenu que certains articles du projet de loi, s’ils étaient adoptés, entraîneraient la criminalisation de certaines activités quotidiennes et constitueraient une menace aux droits civils.

Sur Internet, les hashtags #semuabisakena, #tolakRKUHP, #reformasiDiKorupsi et #MahasiswaBergerak étaient devenus viraux, demandant au gouvernement et à la Chambre de supprimer les articles problématiques du projet de loi. Des centaines d’étudiants on même tenter de bloquer jeudi l’accès routier à l’édifice de l’Assemblée législative.

Jokowi a donc demandé le report de l’adoption du projet de loi quatre jours seulement avant que la Chambre ne l’adopte en séance plénière lors de sa dernière séance, le 24 septembre.

La ministre de la Justice et des Droits de l’homme, Yasonna Laoly, a rappelé que les 14 articles couvraient plusieurs sujets, à savoir les relations sexuelles avant le mariage, la cohabitation et la promotion de la contraception mais aussi l’interdiction d’insulter le Président et des mesures concernant la corruption.

Le projet de révision vise à modifier le Code pénal actuel introduit sous la colonisation néerlandaise.

SOURCEjakarta post
PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE