Ile jumelée

PARTAGER SUR

Attention, ils sont parmi nous! Ils se cachent partout : restos, plages ou boîtes de nuit: Balearic house music, beach clubs chics, tapas à gogo et noms de DJs qui finissent en -ez, (à ce sujet, dans la vie, deux mots vous ouvriront bien des portes : ”tirez” et ”poussez”). La “Ibiza-mania” se répand comme le choléra. S’ils n’ont pas le petit doigt crochu et ne veulent pas “téléphoner maison”, nos envahisseurs des temps modernes sont tout de blanc vêtus, les dents assorties au dresscode et comme Ariel, il leur arrive de pousser leur obsession pour cette couleur jusqu’à blanchir leur carte bleue. Un poil ”vieilles peaux”, ils sentent bon l’huile solaire et le parfum Gucci. Ils ont rarement des enfants mais plutôt des petits chiens, vivent de chorizo et d’eau fraîche, (ou de rosé bien glacé) et se déplacent d’une “place to be” à l’autre. Comme rien n’est moins sûr que l’incertain, leur philosophie consiste à essayer de mourir jeunes le plus tard possible. Je pense que je vais dénoncer mon voisin, car je le soupçonne d’en être aussi. Après quelques incursions discrètes, comme El Kabron, voici que nos aliens sortent l’artillerie lourde avec Café del Mar (la vraie succursale de la Planète Mère). Attention, l’entrée est camouflée puisqu’on croirait voir un centre commercial. Dans le même souci de discrétion, l’immense espace intérieur ressemble d’avantage au parking d’un Auchan, qu’à un beach club cosy. Le DJ, qui doit sentir le gaz, a été déporté seul à l’extrême droite du camp, avec un périmètre de sécurité de 100 mètres afin de protéger le public (on songerait même à poser des barbelés afin d’éviter toute contamination). On imagine que son cockpit démesuré, a dû être le premier vaisseau spatial à s’être posé sur les lieux. L’architecture méditerranéenne est agréable, même si l’on peut déplorer la touche polonaise suggérée par l’usage de briques rouges pour le quartier de parcage des V.I.P ! Les matons, tout de bleu marine vêtus sont sympas et la cantine est de qualité. Et comme le disait Desproges,”ce sont toujours les cons qui l’emportent, question de surnombre”, il y a fort à parier qu’à l’instar des Finns Club et autres Omnia, cette nouvelle usine d’élevage de moutons à selfies va bien charboner, le divertissement étant le meilleur régime contre le poids de l’existence. Enfin, il y a ceux qui l’assument ouvertement et font leur coming out : Ibiza in Bali pousse le vice jusqu’à dénaturer les plages asiatiques afin de les cloner avec celles de l’île espagnole ! Sable blanc, eau turquoise, baie de Jimbaran très méditerranéenne, mer d’huile et petits bateaux garés devant : un vrai dépaysement ! Notez que tous les samedis on y célèbre les sunsets les plus festifs de la région.
Comme c’est à la fin de la foire que l’on compte les bouses, l’avenir nous dira s’il s’agira d’un Ibiza à la sauce balinaise épicée ou juste d’un pâle ersatz de l’original. A moins que le gouvernement n’impose une de ses lois lumineuses de type”sex ban”, ce qui enterrerait une fois pour toutes, tourisme et vie nocturne dans le pays.

PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE