Il fait chaud mais le fond de l’air est frais

PARTAGER SUR

Alors que la France et une bonne partie de l’Europe connaissent une canicule exceptionnelle, nombreux sont ceux à avoir pris un bon coup de chaud et à s’être fâché tout rouge en entendant les présentateurs météo parler des températures. Si apprendre qu’il va falloir affronter son quotidien sous une chaleur accablante n’est pas la meilleure des nouvelles, tirer sur le messager n’a jamais rien changé au problème. Eh bien si justement ! Car ce qui les a fait craquer, ce n’est pas la perspective d’avoir à éprouver 50 nuances de transpiration dans une rame de métro mais le fait que l’on entende parler un peu partout de “température ressentie”.

Le ressenti… ‘’ce truc de bonne femme’’ comme l’appelle Éric Zemmour qu’on essaie de nous imposer un peu partout au mépris de toute rigueur cartésienne, par ailleurs pilier de la pensée française.Voilà qu’ils s’attaquent à présent à une autre passion française, la météo. Pourtant, la température ressentie qui n’est pas une mesure mais un indice, n’est ni une nouveauté ni un concept abscons tel que l’homéopathie par exemple. Les bulletins météo donnent essentiellement une température en degré Celsius, relevée à l’ombre et sous abri. Mais pour le confort et la sécurité des individus, il peut être parfaitement pertinent de considérer également le vent et l’humidité. En effet, la physiologie humaine est ainsi faite que l’on perd plus de chaleur corporelle quand il y a du vent et qu’à l’inverse, on l’évacue moins bien dans un air chargé d’humidité. Alors forcément, parler de température ressentie pour un dimanche d’octobre à Orléans où il fait 15°C avec 10 km/de vent n’a effectivement aucun intérêt. En revanche, dans des régions exposées à des climats plus intenses, cela prend tout son sens. A Bali, tout le monde aura pu constater qu’il fait nettement plus frais en Juillet-Août qu’en Janvier-Février. Et pourtant, la moyenne des températures qui se situent entre 28 et 31°C ne varie tout au long de l’année que de quelques degrés. La différence se fait donc sur l’humidité et le vent. Et d’ailleurs, ici, personne ne prête la moindre attention aux températures tant elles n’évoquent rien de concret. Alors aux grincheux de tous bords qui y ont vu – selon leurs névroses respectives :

  • soit un complot d’islamo-gauchiste pour justifier le réchauffement climatique et les taxes écolos qui vont avec,
  • soit les preuves d’une compromission d’Evelyne Dhéliat avec le lobby coréen des fabricants de climatisation, ou encore le résultat du militantisme de bobos milléniaux pour remettre l’humain en harmonie avec la science via une approche holistique des bulletins météo
    … bref, on rappellera qu’il y a des circonstances où les risques d’hypo ou d’hyperthermie ainsi que de déshydratation sont à la fois bien réels et une véritable menace pour la santé. Des situations où il faut boire de l’eau même si on pas de sensation de soif. Oui, le ressenti est aussi parfois trompeur.
PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE