Accueil Portraits

Hôtellerie : le Blue Karma de la rêveuse de Seminyak

PARTAGER SUR

Ce qu’il y a de bien à Bali, c’est qu’il y en a pour tous les goûts en termes d’hôtellerie. Du palace étoilé de standard international au losmen balinais « à la roots  » en passant par les hôtels bon marché genre Harris Pop ou Tune, le marché est… dense, dira-t-on. Sans oublier les fameux boutiques-hôtels, selon le nouveau terme consacré, une catégorie à laquelle appartient indéniablement le Blue Karma d’Alexa Aguila, une Française d’Aix en Provence installée à Bali depuis trois ans. « Je préfère le terme hôtel de charme  », précise cette franco-allemande qui vit ici un vieux rêve de chambre d’hôtes qui s’est matérialisé dans cet ensemble de villas du gang Bima, au cœur de Seminyak. « Oui, j’ai eu cette vision d’une sorte de maison d’hôtes où résonnaient des chants religieux, l’appel du muezzin. C’est pourquoi, je suis allée à Istambul au départ mais je faisais fausse route dans ma quête de trouver un port d’attache. C’était à Bali et pas ailleurs. D’ailleurs, chaque jour, on entend les prières hindoues résonner dans le voisinage», explique cette femme qui a vécu près de 20 ans dans les îles, entre autres en Nouvelle-Calédonie.

Gemmologue de formation, mais aussi peintre et photographe, rien ne la destinait au dur métier d’hôtelière dans un environnement très concurrentiel, si ce n’est son envie de créer et un goût certain pour les jolies choses qui ne pouvait qu’exploser à Bali. « Bali, ça me correspond. Ici, c’est du mélange et de la tolérance », poursuit-elle au sujet du style de son hôtel qui fait immanquablement forte impression sur les visiteurs. Au départ, il y a eu le projet de la maison familiale à Oberoi, qui a stimulé ses capacités créatrices. « Mais une fois la maison terminée, je voulais que ça continue. J’ai trouvé ce pondok wisata avec quelques bungalows et je me suis lancée J’y suis allée à l’intuition et voilà », lance-t-elle tout sourire. Il y a également eu la rencontre avec un architecte balinais. « Je suis la rêveuse et il est le technicien », affirme Alexa Aguila. Puis, il y a eu la rencontre avec un sculpteur timorais, qui est responsable de la touche « ethnique » de Blue Karma. Elle confesse : « Pourtant, avant d’arriver à Bali, je n’étais que Bouddha ! » Heureux changement de cap, il aurait été difficile d’impressionner qui que ce soit à Bali avec ces statues de l’Eveillé que l’on voit à chaque coin de rues…

Sis sur un terrain de 30 ares, le Blue Karma représente un investissement conséquent – mais qu’elle estime raisonnable sans vouloir révéler le montant – qu’elle espère amortir en 6 à 8 ans. « Où au monde, peut-on réaliser un tel projet d’hôtellerie avec si peu ? Certainement pas en France », remarque-t-elle. Mais, novice dans la profession et nouvelle sur l’île, Alexa Aguila s’est bien sûr heurtée aux écueils habituels. « Je me suis plantée avec le chef en cuisine. Et aussi avec les managers, deux fois de suite. Alors, j’ai endossée ce rôle aujourd’hui. Au début, je ne m’assumais pas en tant que boss mais maintenant j’y arrive et cela me fait du bien. Cela me donne confiance en moi », estime-t-elle aujourd’hui. Nous passerons également sur les autres problèmes, mauvais conseils légaux, notaire fantaisiste, etc. Depuis août 2012, Alexa Aguila a confié son marketing et ses réservations à des professionnels qui ont fait décoller l’endroit avec le booking online. « Je suis passée de 25% d’occupation à 80% », se félicite-t-elle.

Composé de 21 chambres réparties en 16 produits (certaines des 9 villas peuvent être divisées grâce à un accès séparé), le Blue Karma a une capacité de 42 lits et reçoit de bons commentaires sur Trip Advisor, l’incontournable arbitre de la chose touristique à l’ère numérique. Sa clientèle est surtout composée d’Australiens, mais aussi de beaucoup d’Anglais, d’Indiens, de Coréens, de Japonais, d’Italiens, de Français, de Malaisiens, de Singapouriens et d’Indonésiens. « Je n’ai pas de Chinois  », s’étonne-t-elle alors que c’est une des nationalités dont la fréquentation augmente le plus. « Je désire proposer ce lieu comme un havre de paix au milieu du centre bruyant de Seminyak. Dans son jardin luxuriant, le Blue Karma doit rester un endroit de calme et de plénitude », détaille Alexa Aguila. Et puisque s’il s’agit d’un boutique-hôtel, il y a bien sûr une boutique sur place où cette ex-gemmologue propose, entre autres, ses collections de bijoux. Enfin, conformément à ses préoccupations holistiques, elle a mis au point pour son Blue Restaurant une carte raw food, une cuisine saine qu’elle est une des rares à proposer dans le sud de l’île, voilà pourquoi le restaurant n’est pas réservé qu’aux heureux clients de l’hôtel !

Le Blue Karma emploie aujourd’hui 50 personnes. Alexa Aguila a une assistante personnelle française, un responsable des ventes, un comptable, un responsable des achats, un contrôleur des coûts, et la cohorte habituelle des professions requises dans l’hôtellerie, jusqu’au masseur et au chauffeur. Blue Karma est également associé à des produits novateurs, comme Freak Coffe, du café frais produit à Ubud, et aussi le tout nouveau chocolat Raja qu’elle offre sur un plateau de bienvenue à ses clients. Elle vient également de terminer un autre projet de villas à Umalas pour le compte d’un investisseur français, composé de 18 joglo, qui est baptisé Bali Ethnic Villas.

« J’avais une pêche d’enfer au début, je ne dormais que 3 heures par nuit. Maintenant, même si je reste très occupée, je fais plus attention. Je n’ai aucun regret de m’être lancée dans cette aventure. J’ai appris sur moi-même, comment me dépasser. J’ai découvert à quel point Bali est extraordinaire mais il faut être solide ici, continue-t-elle. Il y a une forte vibration à Bali, c’est un vortex, une île très féminine. J’y ai trouvé mon port d’attache et je n’ai plus envie d’aller ailleurs même si je n’exclus pas de continuer à voyager plus tard.  » Au fait, pourquoi Blue Karma ? « Bleu parce que c’est la couleur de la paix et karma parce que c’est une loi universelle. » Alors, au nom de la loi, que la paix soit avec vous au Blue Karma !

Blue Karma Resort
Jalan Raya Seminyak,
Gang Bima No 2, Seminyak
Tél. 62 (361) 73 78 98
[www.balibluekarma.com->www.balibluekarma.com]

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here