FMI : CROISSANCE SATISFAISANTE MAIS ATTENTION A LA DETTE

PARTAGER SUR

Le Fonds monétaire international (FMI) a affirmé que la croissance annuelle de l’Indonésie allait graduellement monter jusqu’à 5,6% à moyen terme grâce à une robuste demande intérieure mais a mis en garde contre une trop forte augmentation de la dette en relation avec l’effort national de développement des infrastructures.

Le FMI, dans son rapport annuel sur les politiques économiques de l’Indonésie publié mardi, projette une inflation autour de 3,5%.

Le déficit de la balance courante devrait rester à près de 2% du produit intérieur brut (PIB) en raison de la fermeté des prix des produits de base et d’exportations robustes, a expliqué l’institution.

Le rapport prévoit un taux de croissance du PIB cette année à 5,3%, comparé aux 5,1% de l’an dernier.

Alors que la reprise de la croissance mondiale et le prix des produits de base peuvent provoquer la surprise du côté positif, aidant les résultats de l’Indonésie, le FMI a rappelé que les risques internes incluaient un manque à gagner du côté des recettes fiscales et un plus grand besoin de financement budgétaire causé par des taux d’intérêt plus importants.

Si le FMI accueille favorablement les progrès du pays dans ses efforts de développement des infrastructures, il rappelle que le rythme doit être aligné avec le financement disponible et la capacité de l’économie à absorber de nouveaux investissements.

« La priorité devrait être donnée au financement des infrastructures avec des revenus nationaux, ainsi qu’avec une plus grande participation du secteur privé, incluant l’investissement direct étranger », affirme le FMI dans son rapport.

« Cela limiterait l’accumulation de la dette extérieure des entreprises et les passifs éventuels des entreprises d’état », précise encore l’institution.

Enfin, le FMI a appelé l’Indonésie à réduire le contrôle exercé par l’état et le rôle des entreprises d’état dans certains secteurs de l’économie et à améliorer le niveau et la qualité des dépenses d’éducation.

D’après Reuters.

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE