EDITO

PARTAGER SUR

Des drapeaux rouge et blanc à profusion : sur les rétroviseurs, plantés dans la baie de Benoa par dizaine, sur la bye-pass par centaine, dans les devantures des commerçants… Pas de doute, l’Indonésie vient de souffler sa 74 ème bougie de Fête de l’Indépendance. Le patriotisme est à son apogée et nous amène, expatriés et vacanciers, à questionner notre attachement au pays, au besoin de s’en éloigner (parfois pour mieux le retrouver ?).
En ce numéro de rentrée, notre dossier « Ma (nouvelle) vie à Bali » vous propose d’observer le quotidien de ceux et celles qui ont fait le choix de vivre à Bali. Une terre pleine de promesses mais dont certains candidats à l’expatriation oublient quelques particularités… à ne pourtant pas négliger si l’on ne veut pas que le rêve vire au cauchemar.

Jean-Baptiste Chauvin revient, dans son article national, sur la gestion des entreprises étatiques indonésiennes et leur mutation récente. Dans sa rubrique média, il analysera la question du racisme anti-papou dans l’archipel. Le billet de Romain nous met lui en garde contre la transformation de Bali en une « cour des miracles » et rappelle que les torts sont partagés. Papaya vous fera, elle, passer du rire au désarroi, en racontant ses déboires avec la police locale. Enfin, grâce au nyctalope Didier, vous en saurez plus sur l’ère de la communication à tout-va qui chamboule le monde fêtards.
La rédac

PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE