Accueil Portraits

DISINI : ici et nulle part ailleurs

PARTAGER SUR

Dominique a posé ses bagages il y a 20 ans dans une communauté de peintres à Ubud .
« Chaque année, je partais pour de longs voyages de plusieurs mois et je suis arrivée à Bali par hasard, j’y ai retrouvé instantanément ce que j’avais perdu du Cambodge », expose cette femme née à Phnom Penh et ayant passé les 20 premières années de sa vie au pays des Khmers.

Elle se lance alors dans la production de ceintures en plumes de coq qu’elle distribue à Paris avec succès. Retournant à Bali plusieurs années de suite pour sa production de prêt-à-porter, elle finit par décider de s’y installer, et profiter enfin de l’île « sans le stress des longues journées de travail non stop, condensées sur quelques mois ». Son installation à Bali est l’occasion d’étendre sa collection de vêtements déjà bien implantée dans les « Club Med » en Asie, à une autre passion : la décoration, elle ouvre alors sa boutique « disini » sur Raya Seminyak. Créant tout elle même, elle développe entre autres, une gamme de produits de linge de maison et d’accessoires de décoration….

En 1998, elle achète par hasard, 3 dessins d’impression textile à Myriam, une créatrice française, sans imaginer qu’elles collaboreront 6 ans plus tard, dès mai 2004. La jeune femme, venue prendre des vacances à Bali, se retrouve embarquée 9 mois plus tard dans l’aventure « disini ». Elle avait elle aussi passé son adolescence hors de France, en Afrique principalement et rêvait de revivre à l’étranger. Diplômée d’architecture intérieure à Paris, elle regrettait en France que sa création soit trop souvent « tributaire de contraintes financières et pratiques ». « Ici, c’est comme un pur jus de ce que je faisais avant. D’un point de vue créatif, c’est le bonheur, je passe mes journées à peindre, découper, bidouiller, marier des matières et des couleurs ».

Autre point positif pour les créateurs à Bali : il est très facile de faire réaliser des échantillons, à moindre coût, et comme le rajoute la créatrice « ici, on a le droit de se tromper ». Avec son arrivée, la gamme « disini » s’est enrichie et agrandie d’une collection de meubles, objets, lampes et surtout accessoires. Au point qu’en juin dernier, les deux femmes ont ouvert un immense show-room (à l’arrière d’un deuxième magasin), Jalan Mertanadi à Kerobokan. Dans ce vaste espace très lumineux, qu’on retrouve en photo et en très bonne place dans le dernier livre de Warwik Purser sur l’artisanat en Indonésie, l’ambiance est paisible. Asih la dernière arrivée dans l’équipe nous rejoint, c’est elle qui gère le personnel et le marketing. Cette jeune indonésienne, parfaitement francophone, se félicite de travailler dans une société en pleine expansion où l’ensemble du personnel bénéficie d’un environnement de travail très favorable. D’un air malicieux, elle ajoute qu’elle trouve les français « exigeants et impatients », mais que c’est aussi une des clefs de la réussite.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here