DES KOMODOS A KOMODO, ET BIEN PLUS ENCORE

PARTAGER SUR

C’est King Kong qui flotte d’abord dans notre imaginaire depuis le fameux film de 1933 puis Jurassic Park 60 ans plus tard et qui contribuent à nous attirer vers Komodo pour voir des monstres en vrai. Une terre de légende comme l’est chaque coin de terre en Indonésie, et de contraste avec cette autre légende de l’homme nain de Flores sur l’île voisine. Ce singe du cinéma semble provenir d’une île au large de Sumatra mais les seuls animaux véritablement atteints de gigantisme en Indonésie, ce sont les varans de Komodo qu’on appelle aussi dragons. Comme tout le monde, j’ai rêvé de voir un jour les komodos, je croyais que c’était le seul intérêt de ce coin de terre entre Flores et Sumbawa. Mais cette métonymie, la partie pour le tout, les dragons de Komodo comme seul et unique objet de visite, c’est une perception erronée. Komodo est l’île qui a donné son nom à ces grands lézards et au parc de plus de 1800 km2 qui a été créé en 1980. Ce parc national de Komodo regroupe de nombreuses îles dont les plus importantes sont Komodo, Rinca et Padar.

Je dois même avouer que dès ma première visite dans ce parc, ce ne sont pas ces gros lézards qui ont le plus façonné mes souvenirs mais la beauté de ces îles arides et la richesse de la faune. On y croise des buffles, des cerfs, des milliers de chauve-souris qui sortent chasser au coucher du soleil et surtout, j’ai été fasciné par les animaux croisés sous l’eau. Lors de mon dernier séjour, à l’occasion d’une plongée bouteille à 20m de profondeur, 5 requins étaient au rendez-vous REQUIN KOMODO.Et on croise aussi de nombreuses tortues, là encore, vous pourrez en voir une très belle en vidéo sur la version digitale de cet article TORTUE KOMODO. J’ai eu la chance d’être surpris par une grosse raie manta qui sortait de l’eau. Impossible de vous dire pourquoi elles se livrent à cet exercice, on suppose que c’est pour se débarrasser de leurs parasites à moins que ce soit une parade nuptiale ou que le bruit causé par leur chute permette de communiquer avec des raies isolées.

Le parc de Komodo rencontre de plus en plus de succès, en témoigne le développement fulgurant de Labuan Bajo ces 5 dernières années. Ce n’est pas bien sûr sans poser des problèmes de développement local et d’environnement, je vous renvoie sur le sujet à l’excellent article écrit par Franck Michel en 2015 (Dragons et lagons en Indonésie : tourisme et patrimoine sur l’île de Komodo). Dans certains endroits, et en raison des bateaux en surnombre, il manque des corps morts et les bateaux continuent à jeter l’ancre et à détruire les coraux. Nul doute aussi que la surfréquentation de cet espace protégé nuira à terme à l’équilibre fragile de cet écosystème. Mais pour l’instant, il faut avouer que ça reste un petit paradis et que la transparence de l’eau, la beauté des plages, la minéralité et la découpe de toutes ces îles arides contribuent à faire du parc de Komodo une destination de choix pour les touristes en quête d’aventures et de farniente. C’est à mon sens l’endroit d’Indonésie où on peut voir le plus d’animaux différents en si peu de temps dans leur habitat naturel.

Ne tentez pas le diable avec les dragons. Un photographe singapourien désirant réaliser des clichés originaux s’est fait déposer seul sur une petite plage de Rinca il y a deux ans. Il est parti en quête de dragons et a rapidement été récompensé de ses efforts avec un groupe de ces monstres en train de dévorer un buffle. Tout absorbé par sa séance photo, il ne s’est pas rendu compte que quelques varans surveillaient les alentours pendant le festin et il s’est fait mordre sur plusieurs parties du corps.
Il a réussi à prévenir les secours et à être transporté en urgence à l’hôpital de Labuan Bajo. Mais, officiellement parce qu’il avait enfreint le règlement et aussi peut-être parce que les autorités n’avaient pas envie de compter dans leurs statistiques un résident singapourien mort des suites de ses blessures provoquées par la « gagneuse » du parc, il n’a pas reçu de piqûres d’antibiotiques et a dû être rapidement évacué vers son pays d’origine où il a succombé moins de deux semaines plus tard. Alors, profitez à fond de ce parc de Komodo, nagez, plongez, partez en trek, faites des photos mais soyez respectueux des réglements et de cette nature sauvage et belle à nulle autre pareille.

A bord du Kelana

Le Kelana est un bateau traditionnel en bois de type phenisi d’une longueur de 20 m qui propose plusieurs programmes de croisière sur l’archipel des Komodo. Il comporte 3 cabines et ne peut donc accueillir que 6 personnes, en général des familles mais aussi des groupes d’amis. Avec ses prestations plutôt haut de gamme incluant la plongée et ses 6 hommes d’équipage accompagnés d’un dive master si nécessaire, il se charterise en entier et non pas à la cabine comme la plupart des bateaux. C’est un bateau construit en 2012, très bien proportionné et offrant de confortables espaces pour se reposer et profiter pleinement de la croisière. Comptez 1550 USD/jour pour réaliser votre rêve !
www.kelanacruises.com

PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE