CROISIERE AU PAYS DES DRAGONS : DES CREATURES ET DES CREATURES

PARTAGER SUR

Il parait que seuls le temps et l’habitude altèrent l’émerveillement, mais moi, en tant que novice de l’Indonésie, où que mon regard se pose, je reste bien sûr éblouie. Mais parait-il aussi que, là où je vous emmène aujourd’hui, la lassitude n’existe pas, dixit mes dinosaures franco-balinais de patrons. Et justement, au centre de l’Indonésie, sur une île relativement petite, 390km2, vit encore une espèce de l’ère secondaire, les célèbres Dragons de Komodo.

Pour pouvoir découvrir cette espèce qui ne vit que dans cette partie du monde, il faut s’armer de patience. Après, 1h15 de vol dans un avion à hélices, 15 minutes de taxi jusqu’à l’office et quelques longues minutes, peut-être même heures de négociation, nous voici sur un bateau privé ! 4 hommes d’équipage nous accompagnent, les repas, les excursions et l’entrée du parc sont compris. C’est parti pour 3 jours et 2 nuits de bonheur.

Je n’aurai pas le temps de décrire trois jours en seulement une page alors voici deux des expériences les plus appréciables du séjour. Deux rencontres… et la première ne fut pas celle que vous pensez. Ce fut celle avec les raies mantas.On vous en a déjà parlé précédemment dans d’autres numéros. Il est en effet possible d’en voir dans les eaux de Nusa Penida, à l’est de Bali, mais au large de l’île de Rinca, c’est par dizaines que vous pourrez les observer. En snorkelling, 15 mètres seulement vous séparent du fond de la mer. Ouvrez les yeux et scrutez les poissons.

Là ! Vous la voyez surgir derrière le banc ! La bouche grande ouverte, elle avance majestueusement en ondulant. Rien ne semble la perturber, ni nous, ni l’immensité de l’océan. Noire sur le dessus, blanche en dessous, ses branchies sur la face ventrale sont immenses, ce diable des mers peut mesurer jusqu’à 7 mètres, la plus grosse que nous ayons vue devait mesurer 3 mètres, ce qui est déjà bien impressionnant. Pendant près d’une heure, nous avons observé cette reine des mers avec respect, appréhension et fascination. Nous remontons sur le bateau euphorique et déblatèrerons à son sujet jusqu’au coucher du soleil. En arrivant sur terre, le lendemain matin, nous sommes accueillies par les guides du parc ! Wayan nous explique qu’il y a trois parcours possibles, nous prendrons le « medium » sur 1h30. A peine avons-nous fait quelques mètres que sous la maison des gardiens, nous apercevons un premier dragon. Il est avachi, et semble inoffensif, c’est à se poser des questions… nous restons tout de même sur nos gardes. Ce colosse peut mesurer jusqu’à 3 mètres et peser plus de 70 kilos.

Armé d’un bâton, nous suivons le guide, le paysage est presque désertique, quelques buissons par ci par là, des broussailles, mais malgré les branches qui craquent, pas de dragons… soudain le guide nous fait signe de la main de ne plus bouger et nous montre du doigt une masse noire à quelques dizaines de mètres. La bête avance lentement, elle est énorme. Elle passe devant nous sans se préoccuper de notre présence, peut-être parce que ses sens sont presque inexistants, en effet sa vue est faible et son odorat fonctionne en fait avec sa langue. Ses grosses pattes semblent lourdes, le dragon se dirige vers la forêt avant de s’avachir sur un rocher. Le guide nous dit qu’il n’en bougera pas pendant plusieurs heures. Nous reprenons la route mais nous n’en reverrons pas d’autres avant la fin de l’excursion.

Il est temps de continuer notre aventure, nous remontons sur le bateau avec une seule question en tête, quelle sera la prochaine étape ?

Morgane Pareille

www.wanuaadventure.com

PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE