Bibimbap + K-pop : initiation à la culture coréenne

PARTAGER SUR

On ne connaît bien souvent de la cuisine coréenne que le barbecue et le kimchi, ce condiment composé de chou chinois fermenté et pimenté. En fait, la base de l’alimentation coréenne, à l’instar de l’Indonésie, est le riz accompagné de légumes et de viandes. Le nasi campur coréen s’appelle bibimbap (« bibim » mélangé et « bap » riz). On vous apporte donc un grand bol dans lequel sont disposés le riz et tout plein de légumes crus, bouillis et frits. Et ensuite, vous ajoutez selon votre goût les différents ingrédients, en général du bœuf, un œuf frit et de la pâte de piment que vous mélangerez vous-même avec en sus les traditionnels banchan, les accompagnements, que sont le kimchi, une soupe, des légumes sautés à la vapeur puis sautés à l’huile de sésame, etc. Dans ce restaurant de Kuta, très prisé des Coréens et des Japonais, on vous servira même un bibimbap vegan avec du tofu, très bon. Pour accompagner ce plat copieux facturé seulement 61 000 roupies, nous avons commandé une très goûteuse omelette (haemul pajeon) aux fruits de mer et aux cives et avons goûté le soju, une boisson alcoolisée qui titre à 20 degrés, pas convaincante mais très exotique ! Au final, une escapade dépaysante sur fond sonore de K-pop dans une gastronomie qui rappelle certains plats de la cuisine japonaise du nord, à découvrir !

Bibimbap Restaurant
Jl. By Pass Ngurah Rai, Kuta (sur le carrefour de Simpang Siur, 100m sur la gauche après le discounter de chaussures WBF)

Un authentique resto végétalien dans une maison balinaise

C’est un petit restaurant comme on en trouve qu’à Bali, non pas dans une arrière-cour mais carrément dans le jardin frais et protégé de la maison de pak Nyoman. La carte est intégralement vegan et si vous voulez jouer un bon tour à vos amis viandards, commandez pour eux le steak. Il ressemble à s’y méprendre à un vrai steak de bœuf mais la chair en est composée exclusivement de… champignons, longtemps mis à sécher et qui donnent à ce plat un goût si particulier et on peut le dire vraiment goûteux. On se sent toujours une âme de découvreur quand on aborde un restaurant végétarien, toujours de nouvelles saveurs à expérimenter, la créativité est le maître mot de cette cuisine. Malheureusement, les résultats sont un peu inégaux, et on vous déconseillera tous les plats d’inspiration occidentale mais commandez le bakso, les sate et en dessert la glace à l’avocat, et vous ressortirez enchantés de ce petit havre végétalien !

Tasty Vegan
Jl. Raya Basangkasa, Gg, Dewata No. 15B, Seminyak. Ouvert tous les jours de 9h à 21h.

Tables de restaurant à prix bradés !

Dans un contexte balinais extrêmement concurrentiel, doublé cette année par une baisse de la fréquentation touristique, les restaurants cherchent tous les moyens marketing pour surnager. La dernière offre qui s’est présentée à eux s’appelle
« Firsttable», c’est un site internet qui permet de bénéficier d’une réduction de 50% sur son repas (mais pas sur les boissons) à condition de réserver à l’avance une table en début de service, souvent à 18h et même parfois à 17h. On appelle en anglais ces convives qui réservent à l’avance d’une manière très poétique les « early birds », (les lève-tôt ou ceux qui arrivent tôt). Il n’y a pas d’équivalent culinaire en français. Il faut compter entre 50 000 et 100 000 rupiah de frais de réservation.
Mais ce site internet n’est pas sans rappeler lafourchette.com en France qui propose aussi de réserver souvent en amont du premier service, une manière pour les restaurants de faire leur promotion tout en remplissant les moments creux, et pour les convives, d’accéder à prix cassé à des tables qu’ils ne pourraient pas s’offrir. Le risque est bien sûr pour les restaurateurs balinais de ne plus être identifiés que comme l’établissement à prix cassé où on ne se rend plus qu’à 17h pour bénéficier des réductions. Attention à ne pas ternir son image en cherchant à attirer une clientèle uniquement motivée par les coupons de réduction qui pourrait faire fuir les clients qui arrivent un peu plus tard et qui savent que la bonne chère a un prix !
www.firsttable.co.id/bali/

Socrate Georgiades

PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE