BI : BALI RESTE UN PARADIS POUR LES UTILISATEURS DU BITCOIN

PARTAGER SUR

La Banque d’Indonésie (BI) est en train d’enquêter sur d’éventuelles transactions de bitcoins à Bali après en avoir trouvé des traces sur les réseaux sociaux.

Le directeur de la branche balinaise de BI Iman Karana a affirmé pour sa part que Bali était « un paradis » pour les transactions de monnaies virtuelles.

Selon les résultats de cette enquête, qui a été lancée fin décembre après l’interdiction émise par la banque nationale, deux cafés acceptaient encore ouvertement le bitcoin comme moyen de paiement.

Auparavant, il avait été déterminé que 44 commerces, comprenant des loueurs de voitures, des hôtels, des agences de voyage et des bijouteries prenaient ce type de règlement.

Iman Karana a expliqué que l’un des cafés acceptaient les bitcoins pour des additions supérieures à 243 000RP (US$18.25), soit l’équivalent de 0,001 bitcoin.

Cela prenait à l’établissement une heure et demie pour enregistrer le paiement, avec un coût additionnel administratif de 123 000rp.

« Notre prochaine étape va être de les bloquer en accord avec la loi. Nous leur avons demandé de cesser d’utiliser des bitcoins. Avec la police, nous allons veiller à faire respecter la loi qui désigne la roupie comme seule monnaie d’échange pour toutes les transactions en Indonésie », a expliqué le directeur de BI Bali.

Les utilisateurs de bitcoins à Bali, la destination touristique la plus populaire du pays, sont surtout des étrangers en séjour prolongé.

Précédemment, BI avait affirmé que le bitcoin était une devise virtuelle présentant de gros dangers en termes de spéculation parce qu’elle n’était pas régulée par une entité légale et ne reposait pas sur une base de fonds clairement déterminée afin d’en déterminer sa valeur.

La banque a donc finalement interdit toutes les transactions avec des bitcoins, réaffirmant que la seule devise valable en Indonésie était la roupie.

Lire aussi :
VERS L’INTERDICTION PROCHAINE DU BITCOIN EN INDONÉSIE

SOURCEJakarta Post
PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE