Balade à Tabanan : si près mais si loin

PARTAGER SUR

Le verdoyant kabupaten (district) de Tabanan est au centre de l’île et, premier avantage, il donne à voir -en condensé- un Bali naturel, traditionnel, simple et accueillant : rizières, fermes, plages, temples, singes, sources d’eaux chaudes et cascades.
Tout, tout, tout vous verrez tout !

Second atout : son chef-lieu ( également appelé Tabanan ) qui n’est qu’à une trentaine de minutes de scooter de la zone Canggu/Seminyak. Il est donc possible d’en faire une courte échappée week-end pour se mettre au vert, ou de prolonger le séjour de quelques jours, pour explorer tout le district.

Au fil de votre balade dans les environs immédiats de la commune de Tabanan vous verrez défiler des ateliers de poterie, des briqueteries et de tuileries. On comprend mieux le savoir-faire des artisans locaux lorsqu’on voit les merveilles que leurs matériaux permettent de construire. Il y a ainsi l’incontournable temple Pura Taman Ayun (Jl. Ayodiya Mengwi) qui signifie « temple dans un beau jardin ». Ce temple est le deuxième plus grand temple balinais après celui de Besakih. Sa première construction (de 1634) par le Raja de Mengwi a progressivement été étendu. Il devient le temple mère de Mengwi et a ainsi permis de réunifier la population du royaume, qui n’avait plus à se rendre à Besakih pour se recueillir. On entre dans le complexe grâce à un pont qui nous fait déjà voyager dans le temps, puis se succèdent deux cours (les jaba). Et surtout, du vert, du vert, du vert. Dans la deuxième, se trouve un meru (tour de bois avec des toits de chaume superposés) à 11 toits : la plus haute construction du temple. Le lieu le plus secret, c’est l’Utama Mandala : cette cour dont les portes ne sont ouvertes que pour d’importantes cérémonies. Enfin, une salle de projection permet de découvrir en vidéo le temple et l’histoire de la famille royale de Mengwi : nous vous le conseillons pour mettre de l’âme et des visages sur ces vieilles pierres. 

Vous pouvez ensuite reprendre une balade à pied ou à vélo, à travers les rizières, la plupart des villas et hébergements du coin en proposent. Et en s’éloignant vers l’ouest, vous découvrirez ainsi des lieux plus reculés mais que les habitants et le banjar tentent de révéler aux visiteurs. Alors, après les jardins à l’anglaise ou à la française découvrez le concept des rizières aménagées-décorées. Depuis peu, pour faire venir une clientèle peu intéressée par l’agriculture ou le tourisme vert, des Indonésiens transforment leurs champs en temples de la photographie et du cozy. Il y a ceux qui crient à «l’instagramisation» de Bali, et ceux qui y voient une opportunité économique d’ouvrir de nouvelles voies touristiques. Enfin ceux qui -comme nous- se sont dit qu’André Le Nôtre avait bien transformé les marécages naturels de Versailles en somptueux jardins, sans que personne ne trouve rien à y redire, alors somme toute…pourquoi crier au scandale ? 

Uma Kawa c’est pas Versailles mais tout de même on y trouve une Tour Eiffel (bien moins haute que l’originale, disons-le pour
ne pas décevoir les puristes). Des tabourets, aux chaises-longues, en passant par un pont, des escaliers et la structure du petit restaurant-bar : le bambou y est décliné à l’envi. Quelques minutes plus loin, à flanc de colline et dominant la rivière, un autre jardin aménagé: Lembah Cinta Love & O2 Mundukcatu. Celui-ci est très prisé des familles locales qui viennent y célébrer des anniversaires, ou des amoureux ravis d’avoir un cadre photogénique (balançoire, ponts, micro cascade, petite alcôve fleurie…).
Bref un plaisir coupable qu’on assume, et qui ravit aussi les enfants.

Pour les amateurs de bol d’air frais, direction les terribles plages de sable noir comme celle de Soka Beach. Ici le vent (d’hiver ou non) siffle et souffle tant…qu’il n’est pas sans rappeler celui du  littoral normand. Qu’on se le dise tout de suite, la baignade est impossible car dangereuse. Les rouleaux de vagues déferlent sans discontinuer et le courant est fatal. La revigorante balade (souvent en quad) sur cette côte ébène parsemée de rocher et bordée de forêt de cocotiers est à couper le souffle.  On s’y sent terriblement vivant tant la nature nous y donne un sacré coup de fouet!

Les baigneurs (et plus frileux) préfèreront aller faire trempette dans les sources d’eaux chaudes Air Panas Angseri  (Desa Angseri, Kecamatan Baturiti, Tabanan). Dans un écrin de verdure, vous y trouverez des bains publics et privés (avec des cabines). Fréquentés à la fois par des locaux et des touristes. L’eau du bassin public en plein air est vidée et changée en début d’après-midi donc n’arrivez pas trop tard. Pensez à votre serviette de bain !

Il y a aussi les indéboulonnables des grands circuits touristiques pour lesquels vous n‘avez pas vraiment besoin de nous

– La Sangeh Monkey Forest qui concurrence de plus en plus sa frangine d’Ubud.

– La rizière la plus célèbre de Bali, classée patrimoine de l’ UNESCO : Jatiluwih et son musée du Subak .

– Le temple de l’eau Ulun Danu Bratan 

– Le temple de Tanah Lot. A ceux qui s’attendent à voir un Mont Saint Michel balinais, sortez vos mouchoirs. Le seul point commun entre les deux lieux ce sont les hordes de touristes de l’Empire du Milieu qui les assaillent. Profitez-en, en ce moment, nos amis chinois sont moins présents sur le site.

Le temple de Tanah-Lot

Enfin, pour les petites faims, le petit pasar malam (marché de nuit, une institution en Indonésie) de Tabanan (ouvert dès 16h30  dans une rue piétonne ) est plaisant et vous n’y croiserez pas ou peu de touristes. L’authenticité est au rendez-vous, y compris pour votre portefeuille.

A y regarder de près, c’est en fait une bonne moitié du district qui reste en dehors des grands circuits touristiques, notamment pour les primo-voyageurs dans l’île. Mais c’est pourtant cette partie sud-ouest qui dépayse le plus, celle qui offre une plongée au plus près du quotidien des habitants et d’éléments naturels et traditionnels. 

Un petit paradis originel et préservé, si près mais si loin des tourments urbains.

Meryam El Yousfi

PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE