ATTAQUE AU SABRE DANS UNE ÉGLISE DE SLEMAN : 4 BLESSÉS

PARTAGER SUR

La police indonésienne a abattu un homme qui a attaqué au sabre une congrégation dans une église dimanche pendant la messe, blessant 4 personnes dont le prêtre.

Une centaine de personnes assistaient à l’office dans l’église Santa Lidwina de Sleman (près de Yogyakarta) lorsqu’un homme a fait irruption à l’intérieur avec un sabre d’un mètre de long, attaquant les fidèles indistinctement.

« Quatre personnes ont été blessées, plutôt sérieusement, mais ne pouvons pas encore déterminer les motivations de cet homme », a dit le porte-parole de la police de Yogyakarta, Yulianto.

Selon un fidèle, Andhi Cahyo, seulement quelques minutes après le début de l’office, un autre membre de la congrégation s’est précipité à l’intérieur de l’église, la tête en sang, une jeune homme armé d’un sabre à sa poursuite.

« Tout le monde a commencé à paniquer, a crier, je me suis dépêché de protéger ma femme et mes enfants », a ajouté cet homme.

Parmi les victimes figurent le prêtre, d’origine allemande.

Le personnel de sécurité a tenté d’empêcher l’attaquant de pénétrer dans l’église.

La police a finalement ouvert le feu après sommation, blessant l’homme à l’estomac. D’autres sources disent aux jambes.

Ce dernier a été hospitalisé dans un établissement de soins de la police de Bhayangkara.

Fajar Riza Ul Haq, de l’institut MAARIF, a appelé le public à s’unir et à ne se sentir provoqué par aucune tentative de perturbation de la paix sociale.

« Ces nouveaux cas d’intolérance et de violences religieuses doivent unir le peuple. Nous devons comprendre qu’il peut y avoir d’autres raisons (pour la violence). Ne laissons pas les gens devenir les victimes des intérêts politiques en utilisant la violence religieuse », a-t-il commenté dans Kompas.

Lire aussi :
ATTENTAT CONTRE UNE EGLISE A SAMARINDA : 1 DES 4 ENFANTS EST MORT
UN APPRENTI KAMIKAZE ECHOUE DANS UN ATTENTAT CONTRE UNE EGLISE
MENACE DU FPI CONTRE LES COSTUMES DE NOEL
1ère CONFERENCE DES JOURNALISTES DE RELIGION A JAKARTA

SOURCEThe National
PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE